lundi 30 novembre 2009

Intersection

Partager

Le brouillon commençant à manquer de mathématique, je vous propose le jeu auquel mes étudiants ont dû se plier.





Un riche milliardaire veut sensibiliser la planète aux dangers des armes de destruction massive. Sachant qu’après les bactéries et les virus, les insectes seraient les êtres vivants ayant les plus grandes chances de survie, il décide de s’offrir un voyage dans l’espace et d’y présenter au monde entier un spectacle de lancer de coquerelles . Au cours de son lancer, chaque coquerelle accumulera des points en fonction des événements qu’elle rencontrera. La Fondation One-Flop© invite tous les habitants de la Terre à participer à l’événement en commanditant une coquerelle ou en misant sur la coquerelle de son choix. Tous les montants recueillis seront versés à la Fondation pour promouvoir la démilitarisation de la planète. Les participants qui auront misé sur les coquerelles ayant accumulé le plus de points seront éligibles au tirage d’une paire de billets pour la représentation IMAX du documentaire portant sur l’événement. Il est à noter qu'aucune coquerelle n'est sacrifiée pour cet événement. Il s'agit de bestioles robotisées conçues par des étudiants de génie d'un peu partout dans le monde.

Description de l’événement :

Un repère canonique a été défini dans l’espace.
Une immense toile (Π5 : z = 0) sera tendue de manière à former une plate-forme d’atterrissage pour les coquerelles.
Chaque coquerelle est programmée pour partir d’un point (départ) et se rendre en ligne droite à un autre point (arrivée) sur la toile.
Une fois les coquerelles en position de départ, un polyèdre de lumière apparaîtra quelque part au-dessus de la toile.
Le signal de départ sera donné et les coquerelles se dirigeront chacune leur tour directement vers leurs points d'arrivée respectifs.

Pointage :


Intersection d’un sommet du polyèdre : -10
Percée d’une face du polyèdre : +10
Traversée à l’intérieur d’une face : +20
Intersection de la trajectoire d’une autre coquerelle : -10
Percée d’une surface avec un angle supérieur à 75° +15
Intersection d'une arête avec un angle supérieur à 75° : +15
Atterrissage dans l’ombre (projection orthogonale) du polyèdre sur la toile : +20

Faites vos jeux












NomDépartArrivée
Adèle(15 ; 25 ; 40)(15 ; 5 ; 0)
Boris(-40 ; 11 ; 110)(20 ; 6 ; 0)
Chaddia(12 ; 75 ; 94)(61/9 ; -124/9 ; 0)




Faites vos mises.
Rien ne va plus.



Les jeux sont faits


Des projecteurs se mettent en place à des points précis gardés secrets et le polyèdre apparaît.

Il s’agit d’une pyramide triangulaire correspondant à la région fermée bornée par 4 plans.

Π1 : Contient les sommets A (-5 ; -8 ; 24), B (4 ; 10 ; 24) et C tel que l’arête CD a une longueur de √585 unités.

Π2: 44x – 22y + 37 z = 844
Π3 : 88x – 110y + 35z = 1280
Π4 : 2x + 2y + z = 52


Donnez les résultats de chacune des coquerelles et célébrez la gagnante.




Source de l'image : Agence spatiale canadienne

dimanche 29 novembre 2009

Trouver sa place

Partager

'



En mémoire de Gilles Carle (1928-2009)

samedi 28 novembre 2009

L'excellence universelle

Partager

"Au Québec, on élève des enfants, en France, on les éduque."

[...]

[En Europe] Dès le départ, il y a une volonté des familles vers l'excellence, vers la cognition, vers le langage, par rapport à ici où l'on est plus porté vers la sécurisation affective, vers le temps partagé au départ.

Je dirais que pour un enfant différent, qui a un handicap, un retard, il est bien mieux au Québec. Pour un enfant qui aurait un talent particulier et qui veut aller rapidement, il serait mieux d'aller en Europe."





Je suis une Québécoise pure laine. Mon ancêtre maternel est arrivé avec Jacques Cartier et s'est installé avec une Micmac, mon ancêtre paternel a suivi Paul de Chomedey pour aider à la fondation de Montréal. Aucun de mes ancêtres n'étaient en Europe pendant la Révolution française et pourtant, je connais tous les couplets de la Marseillaise (que je peux vous chanter aussi bien que Mireille Mathieu quand le vin est très bon). Car, d'aussi loin que me portent mes souvenirs, depuis l'âge de 3 ans, mes amis les plus précieux et les plus proches, sont Européens. On a souvent tendance à croire, parce que nous croyons partager la même langue, que les Français et les Québécois sont cousins. Or, il faut vivre suffisamment proche de nos deux cultures pour réaliser à quel point nous nous distinguons et cela est particulièrement vrai dans nos rapports avec les enfants et, en conséquence, en éducation.

Loin de moi l'idée de comparer l'éducation de chaque côté de l'océan. Je dois avouer partager à ce sujet le point de vue du Docteur Chicoine. Cependant, je vis depuis quelques temps un très grand malaise auquel je n'arrive pas à trouver remède et, pire, qui me donne l'impression que nous sommes pris dans une impasse. (Je n'ose pas écrire "certitude", car j'espère que vos commentaires me convaincront qu'il pourrait y avoir une solution.)

Quand doit-on ne viser que l'excellence en éducation ?

Jamais !


Vraiment ?

Ce n'est pas l'excellence qu'il faut viser, mais la compétence.

Quand doit-on ne viser que la compétence en éducation ?

Toujours !

Foutaise !
L'unique préoccupation en éducation au Québec, c'est le rendement.

S'il en était autrement, on n'aurait pas de quotas de doubleurs dans les classes des écoles publiques, on n'exigerait pas un minimum d'élèves pour maintenir des programmes d'études, on n'évaluerait pas les programmes d'études sur la satisfaction des étudiants et les taux de réussite, mais sur le taux de satisfaction de ceux qui les accueillent (professeurs ou employeurs) basée sur la cohérence de l'évaluation des compétences ; on ne demanderait pas des bulletins chiffrés et des calculs de moyenne, mais des évaluations critériées détaillées.

Un jour, un professeur d'université m'a dit : "Tu sais, ce n'est pas si grave que ça si on laisse passer des étudiants qui trichent ou qui ne méritent pas de passer. Une fois sur le marché du travail, les gens se rendront compte de leur incompétence et ne feront pas affaire avec eux."

(Et ils inscriront le nom de ton université sur leur liste noire !)




(soupir)



Je dois l'avouer : mes enfants étant maintenant trop grands pour recevoir des fessées, il m'arrive de sérieusement penser à émigrer.

dimanche 22 novembre 2009

Le tour de l'horloge en 80 minutes

Partager

'

Le Danois Jim Lyngvild peut manger 7 Ferrero Rocher en une minute. En supposant qu'il puisse garder ce rythme, combien de Ferrero Rocher mangerait-il en un quart d'heure ?





Solution de Gaétan Guay-Tanguay :

Hypothèses :
- Vitesse constante
- 7 Ferrero Rocher par minute

On cherche combien de Ferrero Rocher seraient mangés en un quart d'heure (20 minutes).

Résolution :
7 Ferrero Rocher / minute = x Ferrero Rocher / 20 minutes

=> x = 7 * 20 / 1 = 140

Conclusion : Il mangerait 14 Ferrero Rocher





Évaluation traditionnelle :


Valeur 10 points.

Pose des hypothèses : 2 points / 2
Résolution : 5 points / 7 (Commentaire : Il y a 15 minutes dans un quart d'heure.)
Conclusion : 0 point / 1 (Commentaire : Attention aux fautes d'inattention.)

Note : 7/10


Évaluation par compétence :

Compétences évaluées :
- Résoudre une situation de problème de façon structurée => Développée
- Appliquer la règle de trois dans une situation concrète => Développée

Résultat : Compétences développées.

Brouhaha parental et des traditionalistes en général.
Changement de la politique ministérielle.
Révision de note : A+

Brouhaha parental et des traditionalistes en général.
Changement de la politique ministérielle.
Révision de la révision de note : 100 %

Brouhaha parental et des traditionalistes en général.
Changement de la politique ministérielle.
Révision de la révision de la révision de note : 100 %, Moyenne 74 %.





Question...

Si j'évalue la structure et l'application de la règle de trois (qui porte sans doute maintenant un autre nom), ai-je le droit d'évaluer la connaissance du nombre de minutes dans une heure et de pénaliser l'erreur d'inattention ?

Non.

Si je ne pénalise pas l'absence d'une connaissance générale de base ou les erreurs d'inattention, mon évaluation ne donne-t-elle pas raison à un étudiant qui a tort ?

Oui.




Kōan : Quand il n'y a plus rien à faire, que faites-vous ?


(Je mange des Ferrero Rocher.)







(Je pense d'ailleurs que pour me remercier pour cette publicité gratuite, Ferrero devrait au moins m'offrir une pyramide de chocolats !)

vendredi 20 novembre 2009

Raisonnement par l'absurde

Partager

En mathématique, le raisonnement par l'absurde consiste à supposer une hypothèse fausse et démontrer que ce mensonge conduit à une absurdité.




mardi 17 novembre 2009

Congé G

Partager

Dans mon département, il porte un nom que je tairai pour préserver l'anonymat de la personne qui, la première, a osé l'admettre, l'assumer. Je l'appellerai congé G.

Quand je lis la tâche d'un professeur de Cégep, je reconnais ces quelques tâches suivantes à ma liste de choses à faire :


- élaborer et rechercher des activités pédagogiques suscitant la participation des étudiantes et des étudiants et les incitant à porter un regard critique sur leur propre apprentissage;

- diversifier les approches et les stratégies pédagogiques (enseignement et apprentissage) à caractère intégrateur de manière à mieux soutenir les étudiantes et les étudiants;

- offrir de l’encadrement afin d’améliorer la réussite, à la fois durant la prestation de cours et en dehors de celle-ci;

- adapter les cours afin de tenir compte des particularités des étudiantes et des étudiants;

- échanger de façon systématique avec les collègues du département et du programme, notamment sur le contenu du cours, sur son apport dans le programme, sur les modes d’évaluation, sur les difficultés éprouvées par les étudiantes et les étudiants durant la prestation du cours et sur les moyens pour y remédier;

- organiser la matière couverte par le cours en sections ou parties couvrant la totalité de la session;

- choisir des stratégies pédagogiques (apprentissage et enseignement) axées sur la participation des élèves pour chacune des leçons;

- sélectionner le matériel pédagogique requis et l’adapte, s’il y a lieu, ou encore le produire et, parfois, le traduire;

- préciser le moment et les modes d’évaluation formative et sommative ainsi que les barèmes utilisés;

- préparer l’examen final permettant de mesurer l’atteinte de la compétence ou des compétences déterminées pour ce cours;

- préparer, à chacune des semaines, la matière à enseigner (incluant les éléments de contenus, les habiletés à acquérir) et prévoit le matériel didactique requis (incluant le matériel de laboratoire) et le déroulement du cours;

- préparer, pour chacune des semaines, les stratégies pédagogiques (apprentissage et enseignement), les exercices ou travaux pratiques proposés aux étudiantes et aux étudiants et précise les sujets des travaux à réaliser;

- préparer, selon les modalités prévues au plan de cours, les évaluations formatives et sommatives, au fur et à mesure du déroulement des semaines de cours;

- adapter le déroulement de son cours, en fonction des difficultés rencontrées;

- donner une prestation de cours (de laboratoire ou de stage), selon la planification, de manière structurée et organisée sous diverses formes : exposé magistral, supervision de travaux de laboratoire, direction d’ateliers de travail, exercices de simulation de situations pratiques, jeux de rôles, animation des discussions en groupe;

- se préoccuper de la qualité de la relation pédagogique qui s’établit avec les étudiantes et les étudiants;

- assurer la gestion de sa classe incluant la sécurité des étudiantes et des étudiants;

- fournir aux étudiantes et aux étudiants une rétroaction fréquente notamment par le recours à l’évaluation formative;

- superviser les travaux des étudiantes et des étudiants;

- identifier les étudiantes et les étudiants ayant des difficultés et leur proposer des moyens pour les surmonter, incluant des rencontres en dehors du cours (encadrement et aide à l’apprentissage);

- faire passer les tests et les examens au cours de la session et l’examen final ou le travail long, selon le cas (évaluation intégrative);

- préparer l’activité d’évaluation, rédiger, reproduire ou saisir les documents nécessaires, voir aux équipements, etc.;

- adapter l’activité d’évaluation en fonction des besoins particuliers, s’il y a lieu;

- établir les critères d’évaluation et leur pondération;

- évaluer les exposés en classe, les projets;

- corriger les tests, examens, travaux pratiques, rapports de laboratoire, etc. (au fur et à mesure du déroulement du cours);

- corriger l’examen final ou évaluer le travail long, selon le cas, pour mesurer l’atteinte de la compétence du cours (épreuve terminale du cours);

- préparer une activité d’évaluation de reprise, s’il y a lieu;

- préparer les corrigés pour les étudiantes et les étudiants;

- compiler les notes des étudiantes et des étudiants et les réviser, s’il y a lieu;

- être à jour sur le développement accéléré des connaissances et de l’information;

- comprendre l'apport des mathématiques et les réalités particulières des programmes pour favoriser l'approche interdisciplinaire dans nos cours;

- mettre à jour les programmes;

- connaître et s'adapter aux changements technologiques;

- contribuer à l’accueil des étudiantes et des étudiants au collège et dans le programme et participer au développement d’un sentiment d’appartenance;

- soumettre des projets visant à rechercher des solutions à des problèmes particuliers de responsabilité institutionnelle tels que la baisse de l’effectif étudiant ou encore l’amélioration du taux de réussite, etc.;

- participer à des projets institutionnels tels que la mise en place de différents comités visant l’évaluation institutionnelle ou encore l’élaboration du plan stratégique de développement du collège;

- participer à l’organisation et à la tenue de différentes activités internes de promotion du collège telles que les opérations « portes ouvertes » ;

- prendre part à des activités d’un ordre professionnel ou d’une association d’enseignantes et d’enseignants d’une discipline

- assister et participer aux différentes réunions visant à partager sa compréhension d’un programme;

- donner son avis sur :

• l’association de sa discipline à un ou à des objectifs d’un programme (compétence),
• le logigramme et les grands contenus d’un programme;
• le profil de sortie et la grille de cours préparés par un comité de programme;

- participer à la mise en œuvre de l’épreuve synthèse d’un programme;

- proposer et concevoir des activités d’apprentissage liées à sa discipline;

- préparer, individuellement ou en groupe, un projet de plan cadre pour les cours de sa discipline (sommaire des contenus disciplinaires et remarques générales sur les orientations du cours, les méthodes pédagogiques et l’évaluation des apprentissages);

- donner son avis sur les équivalences et les substitutions en fonction des compétences requises pour un programme;

- donner son avis sur l’organisation d’un programme à chacune des années d’implantation;

- donner son avis sur les indicateurs des taux de réussite liés à sa discipline et proposer des mesures d’aide et d’encadrement;

- donner son avis sur les analyses effectuées par un comité de programme;

- participer à l’élaboration du plan d’action d’un programme, et suggérer des actions pour remédier aux lacunes relevées au moment de l’évaluation;

- participer à la reconnaissance des acquis expérientiels et donner son avis sur les équivalences de cours lorsqu’une étudiante ou un étudiant change de programme dans son collège ou à l’occasion d’un changement de collège;

- participer à l’élaboration de plans de cours et donner son avis sur les plans de cours préparés par les membres du département;

- rechercher et mettre en place des stratégies d’encadrement afin d’améliorer la réussite des étudiantes et des étudiants en tenant compte du plan institutionnel de réussite;

- soumettre au Collège des recommandations susceptibles d’améliorer la qualité de l’enseignement;

- assurer l’assistance professionnelle aux nouveaux membres du personnel enseignant en leur fournissant un soutien adéquat et en facilitant leur intégration professionnelle dans les activités liées :
• à l’enseignement de leur disciplines (préparation, prestation, encadrement et évaluation),
• au programme auquel leur discipline participe, à la vie départementale (les manières de faire, les orientations et les règles du département) et à la vie interne du collège (structure organisationnelle, politiques, etc.);

- échanger sur les besoins de perfectionnement du personnel enseignant du département et faire des recommandations au comité de perfectionnement quant aux demandes déposées par le personnel enseignant;

- proposer et organiser des activités collectives de formation et de perfectionnement;

- analyser les besoins en ressources matérielles et technologiques et faire des recommandations à l’achat de matériel;

- participer aux consultations sur les différentes politiques institutionnelles qui concernent le département;

- élaborer et tenir à jour la page Web du département;

...



Depuis deux semaines, je construis des grilles d'évaluation, des évaluations, des situations d'apprentissage et d'évaluation en plus de préparer et de donner mes cours et de superviser de façon particulière une douzaine d'élèves à cheminement erratique.

On dit que chaque heure de prestation demande une heure de préparation et une heure d'évaluation. Par expérience, je crois que cette estimation est assez réaliste dans une approche dite traditionnelle. Mais, le temps de préparation explose de façon exponentielle dès que l'on ajoute des TICE ou dès que l'on change de paradigme pour favoriser l'apprentissage plutôt que l'enseignement. Le socio-constructivisme exige que toutes les activités d'apprentissage soient validées tant au niveau de la didactique qu'au niveau de la forme. Quand les étudiants sont dans l'action, on ne peut pas apporter de correctifs ou de mise au point, puisque les étudiants ne progressent pas dans les activités au même rythme. Ils sont concentrés à trouver l'astuce pour trouver les coordonnées du point sur une droite le plus près d'un lieu nommé, ils ne vous entendent même pas quand vous dites à la classe qu'au paragraphe suivant, il faut changer le AC ou un AD !

Hier, j'ai finalisé un atelier jusqu'à une heure du matin. 7 heures plus tard, j'étais en classe jusqu'à 11 h 30, heure à laquelle j'ai dû partir pour assister à midi à une réunion terminée à 15 heures pour me rendre à 16 heures à une autre réunion jusqu'à 18 heures, après laquelle, devant un problème de programmation, j'ai tenté avec deux autres collègues de trouver une solution jusqu'à 19 heures. Le petit déjeuner est pris en classe entre deux questions, deux indications. Le lunch est mangé pendant la réunion. Ce soir, je devrais corriger au moins mon petit groupe (au moins 4 heures de correction) pour remettre leur évaluation demain matin à 8 heures pour que les étudiants puissent s'y référer pour leur activité d'apprentissage. Il est 21 h 40.

21 h 40 + 4 h = 1 h 40 du matin... encore une nuit de moins de 5 heures de sommeil.

"À ne dormir que 5 heures par nuit, tu finiras pas te chopper une merde", m'a dit un proche.

À 20 heures, quand je suis rentrée, il y avait sur le répondeur un message de mon accordeur de piano.

J'avais totalement oublié que j'ai un piano.

"Mais est-ce que tous les profs autour de toi travaillent tout le temps aussi ?"

Les profs autour de moi ? Oui.
Nous sommes la clique des hurluberlus.
Tous imbéciles à notre façon.

Mais il y a les autres. Ceux qui lisent leur courriel une fois par semaine, qui n'apportent jamais de travail à la maison, qui ne retouchent jamais les cours qu'ils ont données et qui font tout pour toujours redonner les mêmes cours, qui ont encore les mêmes transparents jaunis, les mêmes mots, les mêmes blagues, les mêmes approches approximatives, ceux qui ne s'impliquent dans aucun comité, dans aucun programme. Ceux qui parlent de rénovations, de voyage, de loisir, de bien-être personnel, mais jamais de pédagogie, ni de didactique, ni de programme, ni d'élèves si ce n'est que pour dire qu'ils sont de plus en plus ignorants et paresseux. Ceux qui redonnent leur 15 heures de cours, minimisent les évaluations pour réduire la correction, partent en voyage pendant les stages de leurs élèves et qui finalement travaillent en moyenne 20 heures par semaine...

... pour le même salaire
... pour la même reconnaissance.



Je me suis préparé un excellent souper.
Il est 21 h 42 : je vais promener mon chien qui me boude avec raison puisque depuis deux semaines, il n'a pas pris de nouvelles de ses poteaux.
Ce soir, il aura une longue marche.

J'ai annulé mon cours de demain.
Congé G.
Je ne corrigerai pas ce soir.
Après la marche, je vais prendre un bain et puis dodo.

Demain : congé G.
Je corrigerai toute la journée.
Tous mes groupes.
Au moins 10 heures de correction pour être enfin à jour.
Pour ne plus entendre l'horrible :
"Madame, avez-vous fini de corriger ?"
Travailler tranquille à la maison...
Pour ne pas entendre les "J'aurais besoin de ton avis..."
Pour ne pas entendre les "Viens voir ce que j'ai découvert..."
Pour ne pas entendre les "Est-ce que je peux vous poser des questions sur les exercices ?"
Et surtout pour ne pas entendre la sonnerie de mon réveil qui, bien étant resté à l'heure d'été, sonne toujours beaucoup beaucoup trop tôt, quand il fait encore nuit.

Après demain, j'aurai le goût de les entendre tous et répondre honnêtement sans panique intérieure : "Mais bien sûr, avec plaisir !"


Congé G.
Celui qui permet d'avoir enfin 8 heures de sommeil.

Congé G.
Celui que l'on prend pour travailler
Et auquel il faut cocher la case : malade...

... avant de l'être pour vrai
... avant de l'être pour très très longtemps, jusqu'à ne jamais en revenir.

mercredi 11 novembre 2009

Fichue moyenne

Partager

- Madame, allez-vous publier les moyennes des examens ?

- Euh... pourquoi voulez-vous que je les publie ?

- C'est important pour nous pour notre cote R.

- La moyenne ne vous permettra pas de calculer votre cote R !

- Non, mais si on sait la moyenne, on saura si on doit se forcer ou pas.

- Alors c'est simple : forcez-vous.

dimanche 8 novembre 2009

Citation célèbre

Partager


L'administration nous faisait parvenir cette semaine un message nous avisant qu'elle communiquera avec les retraités des divers départements s'il advenait qu'il n'y ait plus assez de professeurs disponibles pour remplacer pendant la pandémie de grippe.

À ceci, un collègue a répondu :


"Je laisse ma place aux retraités à condition qu'on me permette de prendre la leur."



Blague à part...

Pensez-vous sérieusement qu'un retraité entre deux voyages ou deux parties de bridge acceptera de venir dans un milieu à risque remplacer des collègues cloués au lit par la grippe et de donner des cours auxquels il n'a pas touché depuis longtemps à des étudiants fiévreux qui toussent et éternuent toute la journée devant lui ?

C'est beau la vocation du corps professoral, mais je pense qu'elle s'envole assez vite quand on goûte à la liberté de la vraie vie et qu'alors on retrouve tous ses esprits.

samedi 7 novembre 2009

Avantage de la profession

Partager




À force de passer tout notre temps avec des gens qui ont toujours le même âge, on en vient à croire qu'on ne vieillit pas non plus.

lundi 2 novembre 2009

Halloween en cours de math

Partager