samedi 17 juin 2017

Take me out to a ball game

Partager

Un premier lancer d'exercices de pratique : le frappeur ne bouge pas.
Balle.

Un examen sur la matière : "Madame, c'est quoi le z dans la formule ?"
Une prise.

Évaluation certificative finale : "Madame, c'est quoi déjà le z dans la formule ?"
Deuxième prise.

Évaluation de validation : "Je ne sais pas c'est quoi z."
Troisième prise.

Retiré.


Qui a volé le but de l'entrainement avant match ?

jeudi 15 juin 2017

Je note

Partager

Si on exclut toutes les autres tâches connexes qui sont de plus en plus nombreuses et dont certains arrivent à se passer (excusez ma rancœur), l'enseignant au collégial porte devant ses étudiants deux chapeaux, soit celui de formateur et celui de certificateur.

Je note.

La responsabilité de la diplomation de mes étudiants repose donc sur mes épaules.  Le Ministère m'envoie le devis d'un programme, j'y extrais les compétences propres à ma discipline, je décode les objectifs et standards que je traduis en cibles de formation et j'évalue le développement de la compétence chez chacun de mes étudiants en retournant à la fin de la session au Ministère la note de chaque étudiant pour mon cours.

Pourquoi une note ? Pour plein de mauvaises raisons, mais parlons d'autre chose.

Pendant la course contre la montre de la fin de la session, il s'est passé un scandale qui a fait la une des journaux : le ministère de l'Éducation arrondit les notes, les notes sont gonflées.  Le Ministère ne le savait pas.  On a à peine souffler dans le ballon de la modération, qui a pourtant bien meilleur goût.  On parle maintenant de commission parlementaire pour faire la lumière sur ce sujet.  Le cabinet aurait même tenté de banaliser l'affaire en affirmant que "le Québec a des normes plus élevées que l’Ontario à cet égard.  La note de passage est de 50 % dans cette province".  On ne rit plus.  

Il est tout de même fascinant de constater à quel point on peut provoquer des scandales avec des pratiques vieilles comme la lune.  Il y a 1000 ans, lorsque j'étais au secondaire, on parlait de normalisation des notes.  Pendant quelques années, au Cégep, toutes les notes inférieures à 30% que nous accordions étaient inscrites comme étant de 30%.  C'est bon pour les moyennes, mais tellement mauvais pour la cote R.  Pendant plusieurs années, la direction nous a recommandé d'éviter les notes entre 55% et 60%.  (On remarquera ici l'emploi des verbes "recommander" et "éviter".  C'est l'enseignant qui évalue, pas la direction.)  Heureusement, ces temps sont chez nous révolus.  Nous évaluons de façon certificative.  Enfin, pas tout à fait, mais presque.  C'est compliqué.

Je note.

Avez-vous déjà entendu parler du monde oxydental ? Savez-vous que la réforme de l'orthographe a éliminé toutes les règles de conjugaison et d'accord et qu'il y a eu uniformisation de l'orthographe des homonymes ? Sa, ces vrai ! Savez-vous qu'il y a environ 10 mois dans une année et qu'il est tout à fait vraisemblable de rencontrer 512 personnes dans un groupe de 350 personnes ? Savez-vous que la calculatrice est nécessaire pour déterminer combien font 3 x 8 ? Qu'il est tout à fait normal que la durée moyenne des ampoules électriques soit de 32 heures ? Que s'il y a 45 femmes dans un groupe de 90 personnes, cela signifie que 40,5 % du groupe sont des femmes ? Qu'entre 0/5 et 5/0, il y a une opération qui ne se fait pas et qu'il n'est pas évident de savoir laquelle ?

Je note.

Comment se fait-il que nous recevions aux études dites supérieures de plus en plus d'étudiants qui ne devraient pas avoir réussi leur classe de 5e ? (Je parle du primaire !)

Manipulations administratives ?
Quotas d'échecs ?
Subjectivité des évaluations ? (Non, mais il est tellement gentil !)
Effet Pygmalion ?

Et si le problème était tout simplement la note ?
Et si l'évaluateur avait une liste de critères précis et descriptifs qui lui permettaient de déterminer si un élève réussit ou échoue ? Et s'il y avait des conditions essentielles de réussite pour attester de la réussite à tous les niveaux ? Et pourquoi pas pour toutes les cibles de formation ?

Une fois le seuil minimal de réussite franchi, l'évaluateur pourrait établir le niveau de maîtrise de l'élève tout simplement en lui donnant une cote.  Passable.  Assuré. Maîtrisé.  En ajoutant bien sûr des descripteurs significatifs pour ajouter un minimum de formatif ou d'information.  Le Prof Masqué m'apprend d'ailleurs que la Fédération des comité de parents plaide pour des commentaires avant des notes.

C'est bien beau tout cela, mais c'est oublier qu'outre la surcharge de travail que ce mode d'évaluation entraîne s'il est bien fait, on l'a essayé il y a quelques années en inscrivant des lettres (ou des binettes) et des commentaires et que ça n'a pas fonctionné.  On a cédé car les parents qui exigeaient des moyennes pour pouvoir situer leur enfant.  Alors on convertit les cotes en notes.  C'est de la frime, la moyenne n'est pas une mesure de position et les notes restent qualitatives, mais au moins, les logiciels acceptent de calculer leurs moyennes et les parents sont contents.  Tant mieux si désormais on préfère les commentaires aux notes, mais si j'en juge par mes étudiants qui me supplient de publier les moyennes de mes évaluations "pour pouvoir se situer par rapport au groupe" et "savoir s'ils doivent faire plus d'efforts dans le cours", ce serait étonnant que ça fonctionne.

En imaginant que ce mode d'évaluation soit prescrit, on se retrouverait face à un autre problème : les taux d'échec.  Que faire devant un haut taux d'échecs ? À qui la faute ?

  • Au prof, bien sûr ! Bien des parents vous le diront.  Enfin, pas les parents qui ne s'occupent pas de leurs enfants, mais les autres, ceux qui se préoccupent de leur futur médecin-astrophysicien-ingénieur-en-devenirD'ailleurs, il suffit d'avoir reçu un diplôme, même s'il s'agit d'un diplôme d'études secondaires, et d'être parent ambitieux d'un élève en difficulté pour s'imposer autorité pédagogique.  Il suffit d'être à la direction des études pour s'inquiéter des hauts taux d'échecs de certains enseignants et exiger des explications aux profs.  On ne veut tout de même pas arrêter la chaîne de production.  Des taux d'échec trop élevés, cela signifie plus de groupes d'un niveau et moins d'un autre.  Le système n'attend pas.  L'évaluation des enseignants (et des parents !) étant un sujet tabou, n'en parlons pas.
 
  • Aux directions scolaires qui ne priorisent pas les moyens favorisant l'apprentissage ? Elles vous répondront que c'est le ministère qui ne donne pas les ressources.
 
  • Quant au ministère,  il répondra... bof selon le goût du jour.  Cela n'a de toute façon aucune importance.  L'important, c'est que le système fonctionne.  C'est-à-dire qu'un enfant entre à la maternelle, passe son primaire et son secondaire dans un temps raisonnable, voire optimal, donc garder un taux de diplomation convenable, voire maximal, au secondaire.  Pourquoi ? Parce que la plupart des employeurs recherchent des employés ayant au moins un diplôme d'études secondaires.  Alors on donne des petits ajustements, un examen fafa par-ci, des arrondissements par là, oups, le peuple s'inquiète, on serre la vis, oups pas trop, et on note. 


Source : Fabien Doulut

On note.  Mais évalue-t-on ?

Le plus simple : laisser courir.
Compétents, pas compétents, à vos marques, prêts, passez !


Mais où est l'élève dans tout ça ?
Où en est-il vraiment dans ses apprentissages ?
Où est l'évaluation des compétences ? 

Probablement, perdu kek part en Oxydent.

mercredi 17 mai 2017

Pensée impure

Partager

- Grands dieux, mais comment se fait-il qu'ils ont réussi leur secondaire ? soupirai-je en corrigeant.

- Justement, ils n'ont pas réussi.  On les a fait passer.


Parfois, je déteste ce collègue.

lundi 15 mai 2017

L'improbable n'est pas impossible

Partager

Souvent, les tâches de mes évaluations exigent de nombreux documents : aide-mémoire, tables, grilles d'évaluation, ...  J'ai donc pris l'habitude de tout glisser dans un cahier brouillon, que les étudiants peuvent utiliser ou pas.  Je récupère évidemment tout le contenu distribué, afin de soit réutiliser le matériel intact ou recycler les brouillons utilisés.

Sur 120 copies à corriger, quelle est la probabilité qu'un cahier utilisé se glisse dans la pile des cahiers récupérés ?

Certainement pas nulle.

Comme certains cahiers ont été recyclés, il m'arrive de devoir ajouter des cahiers tout neufs dans la pile de cahiers récupérés lors d'une prochaine évaluation.

Cette semaine, avec toutes les chamboulements de la fin de la session, voilà que je me retrouve en évaluation à la dernière minute (ce n'est pas nouveau).  Pas le temps de préparer mes cahiers.

Quelle est la probabilité que je n'aies pas le temps de préparer mes cahiers avant une évaluation ?

Certainement pas nulle, mais tout de même.

Je distribue donc en classe au début de l'épreuve la tâche, les aide-mémoire, les tables et les cahiers, tout séparément.  Je récupérerai le tout assemblé.

Quelle est la probabilité que je tombe en distribuant les cahiers sur un cahier qui aurait dû être recyclé ?

Quelle est la probabilité que je ne m'aperçoive pas en le distribuant que le cahier aurait dû être recyclé ?

Quelle est la probabilité que je ne m'aperçoive pas en le distribuant que le cahier aurait dû être recyclé ET que l'étudiante à qui je donne sans m'en rendre compte ce cahier gribouillé soit celle qui avait eu le cahier initialement ?

Si la publicité nous influençait, on irait s'acheter un billet de loterie.




 

jeudi 11 mai 2017

Présage

Partager

"En tout cas, il serait bon que l'on se rencontre en septembre.  J'ai bien hâte de connaître vos impressions sur la cohorte que vous allez accueillir.  Elle devrait être épouvantable tant l'examen du ministère était ridicule."

On ajoute à ça la modération des notes.

Puis les arrondis.

Il paraît que cette hécatombe sera la plus belle de tous les temps.