lundi 25 juillet 2011

Afric

Partager

a : Préfixe indiquant l'absence
fric : Nom familier du mot argent

Depuis quelques années, je suis twit et si j'y trouve une communauté fort intéressante, souvent, très souvent, les gazouillis sont dignes des meilleures parodies de Twitter.



Parmi les gens que je "suis", il y a une personne qui est très influente sur la toile, une référence paraît-il. Cette personnalité me fascine. Ses gazouillis sont pourtant tout à fait inintéressants, narcissiques et prétentieux. Je suppose que sa notoriété vient de ses conseils et que lorsque l'on est conseiller, un conseil, ça se paye, ça ne se gazouille pas. Quoiqu'il en soit, ça me dérange souvent de lire des gazouillis tels que :

- Agréable d'être au chalet ces temps-ci, l'eau du lac est bonne.
- Pour mon anniversaire, cailles farcies au foie gras et flambées au Sauternes.
- Comme j'aime prendre mon café sur ma terrasse chauffante.

On me comprendra. Je n'ai pas de chalet, pas de lac, pas de piscine, pas de terrasse et jamais de tels repas d'anniversaire. (J'accepte les dons.)

Mais cela n'a rien à voir avec l'envie.

Ça me dérange également de lire :

- On vient d'installer le TBI dans ma classe.
- Plus de 1000 $ pour le bal des finissants.

N'est-il pas indécent d'étaler autant de richesse sous les yeux de gens qui peut-être nous lisent après bien des sacrifices pour avoir accès à Internet ou à un ordinateur ?

Dérangeant, changeons de sujet.

Sur une carte géographique, sauriez-vous situer la France en Europe ?



Et sur une carte de l'Afrique, sauriez-vous situer le Congo ?



Bon d'accord, soyons d'actualité, la Somalie ?

Twitter était nettement plus amusant finalement.
Mais les choses vont tellement vite dans le cyberespace que la nouvelle mode est à Google+.

À mon avis plus rapidement qu'avec Twitter, Google+ est un catalyseur de transitivité : les "amis" des "amis" de mes cercles deviennent mes "amis".

C'est sur Google+ que je viens de faire la connaissance d'un réseau d'enseignants et de chercheurs africains. Quand je les lis, il n'est jamais question de chalet, de piscine ou de nourriture. Par contre, ils s'intéressent aux TIC et à tout ce qui touche l'éducation tant en Afrique que partout dans le monde. Comme ils donnent de nombreuses références, voilà que s'ouvre pour moi une réalité qui est drôlement différente de la nôtre. Quand un pays est en guerre, les coffres sont souvent vides pour payer les professeurs et les enfants ont plutôt tendance à décrocher quand ils sont violés ou recrutés par "l'armée".

Cela me rappelle ce moment surréaliste où je passais à un étudiant un commentaire concernant la violence de son fond d'écran. Un étudiant d'origine africaine de la classe a alors répondu que parfois, la violence est nécessaire. Je me souviendrai toujours de ses mots :

- C'est facile d'être moral quand tout va bien, mais quand on a très faim et que prendre un fusil peut nous permettre de manger un peu, on n'hésite pas.

Cet étudiant avait un passé d'enfant soldat. Il a fui la misère de son pays natal pour connaître la grosse misère de notre pays riche. Il a essayé deux fois le programme, mais chaque fois, l'enfer le rattrapait avant la fin de l'année.

Et pendant ce temps-là...




... nos bacs de compostage débordent et nos chiens sont mieux nourris que bien des humains. Quelle honte.

Et si les réseaux sociaux arrivaient à sensibiliser les gens au point de changer leurs habitudes pour venir en aide à leurs "amis" ?

Il ne s'agit pas de se priver par solidarité. Au contraire, il nous faut être en forme pour pouvoir aider. Cependant, cessons notre gaspillage éhonté et ouvrons-nous au dynamisme vivifiant de ces pays au point d'en être inspirés et, s'il y a de la place pour nous, de collaborer.

Quand on a tout, on ne peut rêver de rien.
Quand on a rien, on peut rêver à tout.

D'ailleurs, n'est-ce pas en Afrique que l'on dit que le chemin le plus court pour aller d'un point à un autre n'est pas la ligne droite, mais le rêve ?


Exemple indien. L'Inde étant, on le sait, un pays afric !


2 commentaires:

Guillaume a dit...

Tu as oublié d'indiqué la date de ton anniversaire pour que l'on puisse cuisiné pour toi.

Missmath a dit...

Le 7 mars !