dimanche 14 octobre 2012

Analphabétisme

Partager







Selon la Fédération pour l'alphabétisation, l'Enquête internationale sur l'alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA) conclut que 49 % des Québécois, âgés de 16 à 65 ans, ont des difficultés de lecture.

Un Québécois âgés de 16 à 65 ans sur deux.
Incroyable, n'est-ce pas ?

Évidemment, ces personnes ne sont pas dans mes classes.
On n'a qu'à penser à combien il est essentiel de savoir lire des textes et des informations pour réussir les examens de français, d'histoire, de mathématique ou de science au secondaire pour nous convaincre que nos étudiants qui ont obtenu leur D.E.S. ont forcément développer leur compétence en lecture.

C'est donc très rapidement que nous voyons les tableaux en statistique, surtout dans ce cours que j'offre aux étudiants en technique de gestion de deuxième année, on ne fait que rappeler les règles méthodologiques des tableaux dans la rédaction d'un rapport (titre complet centré, identification des colonnes, présence des totaux, source, numéro, référence dans le texte) et puis on consacre surtout notre temps à l'analyse de graphiques statistiques, là où l’œil peut être si facilement trompé.

Or voilà que cette session, comme j'avais ce joli tableau publié dans La Presse au début de la session, je me suis dit que ce sera là une belle question facile d'examen qui me permettra de valider chez tous les étudiants le développement de leur compétence en lecture de tableau, chose évidemment certaine.

"Utilisez votre gros bon sens."

La question : Dans le tableau suivant, interpréter le 71 encerclé.





La réponse attendue : 71 % des 251 électeurs du PLQ interrogés trouvent qu'il est normal qu'il y ait des écarts de salaires dans la société.

Le top-5 des perles de correction :

-->
o   La majorité des répondeurs voteront pour le PLQ puisque le résultat est de 71 %.
o   71% des 251 électeurs du PLQ a répondu à cette question.
o   L’électeurs PLQ on un % de 71 qui est un avantage sur les autres électeurs : PQ et CAQ.  La question à été posé à 48% de la population québécoise.
o   Nombre de québécois (électeurs du PLQ) ayant voté pour le PLQ pour la raison affilié à cette ligne.
o   Il y a 71% des personnes qui ont répondu PLQ.



Au final, à peine la moitié de mes étudiants ont réussi à interpréter ce 71.
Oserai-je un 49 % ?
L'analphabétisme est plus proche que l'on croit...

(*Soupir*)

8 commentaires:

Sonia a dit...

Instructif, cet exercice de lecture de tableau... Je sais que mes collègues de SES (Sciences Economiques et Sociales) s'arrachent les cheveux avec des élèves de terminale (18 ans) sur ce genre de document.

Jonathan Livingston a dit...

Assez déconcertant, en effet!

Pour bien lire, comprendre et interpréter un texte d'information, il faut déjà connaître environ 80% de son contenu, ai-je déjà lu dans un cours universitaire de naguère qui portait sur la lecture, entre autres.

Bon, j'aurais le goût d'ajouter que ça prend aussi un zeste d'intelligence!

The Dude a dit...

Oh la la la la ...

Le pire c'est qu'on aurait pu demander cette question en première secondaire. C'est à se demander qu'est-ce qu'on leur fait à ces pauvres !

Le professeur masqué a dit...

Miss: plusieurs choses. Normalement, je ferais du pouce sur ce sujet chez moi tant il est important, mais le clavier et moi sommes incompatibles pour l'instant.

1- 49% d'analphabétisme chez les gens âgés de 16 à 65 au Québec: c'est une honte nationale!
2- Ce pourcentage en dit beaucoup sur la performance de notre réseau d'éducation et la valeur qu'on accorde à l'éducation.
3- Ce pourcentage explique peut-être la valeur justement qu'on accorde à l'éducation au Québec et, comme les analphabètes se reproduisent...
4- Ne pas savoir lire est un handicap social, culturel si ce n'est pas plus. Comment veut-on contrer le décrochage scolaire avec une telle situation?
5- Que faisait notre gouvernement? Il achetait des TBI, implantait l'anglais...

Missmath a dit...

Mais mon cher PM, on accorde aucune valeur à l'éducation au Québec. La preuve, non seulement n'y reconnaît-on pas le droit à l'éducation (ce qui entrainerait la gratuité scolaire), mais est-on prêt à hausser les frais de scolarité et à laisser dans les rues les étudiants manifester et les écoles rester fermées pendant des mois jusqu'à ce que, d'un point de vue uniquement administratif, le conflit ne soit plus gérable.

The Dude a dit...

Quatrième secondaire CST (séquence dite "régulière") dans un école publique de Montréal, incluant plusieurs élèves qui ont échoué leur deuxième secondaire en maths ...

Cinq première minutes de la classe : ok on prend le temps de regarder le tableau projeté, seul et en silence, une minute ou deux pour essayer de le comprendre, puis je veux que vous répondiez à cette question (sur un bout de papier et si vous préférez, de manière anonyme).

Après les cours, j'ai fait le décompte avec le conseiller pédagogique et on a obtenu la note de passage : 66% des élèves ont donné une interprétation satisfaisante. Éternel optimiste, je me suis dit : Ah c'est mieux, y'a de l'espoir ! Mais tout compte fait c'est finalement assez peu quand même...

Le professeur masqué a dit...

Miss: mon propre syndicat non plus n'accorde pas d'importance à la scolarité avec ce qu'il a fait avec l'équité...

Missmath a dit...

Enfin, s'il faut parler de syndicat... (*soupir*)


(The Dude, je n'ai pas eu 66 % de réussite chez moi...)