jeudi 29 août 2013

À chacun son Aristote

Partager

Depuis que j'essaie le plus possible d'intégrer la classe inversée à ma pratique, je n'ai plus de temps pour ce blogue.  Ni pour mes amis, ma famille, ma vie !!!  Le hic avec la pédagogie active et les TICE, c'est que les préparations sont chronophages, même lorsque l'on connaît bien ses outils.  Or, avec le calcul de la charge de travail qui ne change pas, mais cette charge allant en s'alourdissant considérablement avec toutes les tâches connexes et administratives qui s'y ajoutent, du temps, on n'en a plus.

C'est pourquoi, lorsqu'une vidéo conclut qu'un jour il y aura assez de matériel existant et satisfaisant les besoins de chaque étudiant pour que les profs en aient moins à faire, ouf, je souris, j'espère et je crains, comme Raymond Lévesque : 

"Mais nous, nous serons morts, mon frère."


6 commentaires:

Profquifesse a dit...

Désolé de jouer le prof de français de service, mais : «pour que les profs en est moins à faire» devrait se lire : «pour que les profs en AIENT moins à faire».

The Dude a dit...

Missmath,

par curiosité, quels "outils" utilisez-vous cette année ?

The Dude

Missmath a dit...

Honte à moi ! Merci Profquifesse d'avoir souligné cette erreur (et de soulever les prochaines).

The Dude : J'ai fait "l'erreur" de passer à Mountain Lion et bien des outils que j'utilisais n'ont pas suivi la mise à jour. Ce qui fait que... De plus, comme vous sans doute, l'apprentissage des logiciels se fait toujours en plus de notre tâche et souvent de façon autodidacte, ce qui fait que, comme je suis toujours à la dernière minute, j'opte pour le connu plutôt que pour les essais (chose que je laisse à mon ami Jean-François !). Donc pour la plate-forme, je suis fidèle à Moodle. Je programme les exerciseurs avec Wiris Quiz qui va très bien. Pour les capsules théoriques, j'avais un logiciel qui s'appelle iShowU et qui plantait moins que Jing. Il n'aime pas le Lion de montagne. Je montais les animations sur Powerpoint (qui a l'avantage de pouvoir être visionné par les étudiants chez eux ou en classe et d'être transféré à Dyknow pour permettre aux étudiants d'y inscrire leurs notes). Par contre, Keynote offre plus de souplesse dans l'animation, mais ne roule que sur Mac... par conséquent, je l'utilisait pour les capsules vidéos que j'intègre ensuite à Moodle. En classe, je travaille sur Dyknow. Skitch était mon grand ami pour les capture d'écran jusqu'à ce que l'air de la montagne l'étouffe. Alors je découvre Voila. Sur PC, j'adore Picpick. Sinon, il y a Geogebra (qu'on peut aussi intégrer à Moodle) qui a dans ma pratique un goût de trop peu. J'essaie d'apprivoiser Vue, que JF aime beaucoup, mais qui manque d'esthétique à mon goût. J'oscille toujours entre XMind et Freemind pour les cartes heuristiques, mais il parait que la mise à jour de Freemind devrait me fixer (ça fait plusieurs fois que JF me dit ça et je retourne à XMind quand même). Mais ce qui demande le plus de temps, c'est de sortir de la classe et de devoir "produire" pour le prochain cours en fonction des besoins. Il existe déjà du matériel, mais souvent il est d'un ennui mortel, trop théorique, trop magistral, trop papier crayon sur vidéo. Par contre, pour les laboratoires Excel, en classe inversée avec comme support les vidéos de Samuel Bernard, c'est parfait. Ses vidéos sont trop longs, mais elles permettent de découvrir le bouton d'avance rapide ! Et j'ai hâte que Google Drive puisse être aussi puissant que Micro$oft Office pour le traitement des statistiques et l'éditeur de mathématique. Ça s'en vient, mais on n'en est pas encore là.

Blagu'cuicui a dit...

Bonsoir Missmaths,

Cela faisait longtemps que je n'avais pas écrit ici bas.
La notion de classe inversée a été découverte pour ma part par un total hasard. En effet, j'en ai eu marre que les élèves ne fassent pas leur travail personnel à la maison ce qui engendre des sanctions ingérable que j'ai fini par me dire que si je faisais copier le cours à la maison et que je faisais les exercices en classe, cela changerait peut-être la donne et surtout améliorerait la compréhension globale d'une classe. J'ai découvert après 3 mois de test que cela était difficile à mettre en place car les parents comme les élèves y sont très réticents (pourquoi changer les méthodes qui ne fonctionnent pas? C'est presque la question que je leur ai posés mais sans succès). 2 mois plus tard, je découvrais avec stupeur que mon idée portait en fait un nom et qu'il y avait moyen de s'appuyer sur des textes officiels d'une part et surtout sur des structures déjà présentes pour appuyer l'idée même d'inverser. Du coup, j'ai repris l'ensemble de mes cours cette été et je recommence le début de l'aventure pour cette nouvelle année. Cependant, je reste sur du basique pour l'instant sur les activités en classe n'ayant pas encore trouver l'idée qui me permettra de démarrer des activités intéressantes et transversales pour le niveau 5ème en France car je ne teste pas ce dispositif sur des étudiants pour ma part ce qui rend la chose assez complexe de mon point de vue au vu du peu de matière première que je dispose pour la création.
J'utilise Workspace avec un VPI pour les cours et les cours pour les élèves sont traduit en format PDF.

Je confirme le fait que cette méthode est très très très très chronophage (cela fait 2 étés de suite que je bosse sur le projet et je suis très loin d'en avoir terminé vu que je travaille en solitaire dessus).

Merci de votre partage en tout cas et bon courage pour cette année qui a déjà démarré chez vous.

Cordialement,

The Dude a dit...

Ma parole Missmath !

Je comprends bien que vous soyez débordée ! Ça en fait du stock...

Je découvre tranquillement tous les outils Google Drive et effectivement, c'est fort intéressant. À l'école, on ne fonctionne pas avec les grands félins mais plutôt avec le penguin libre et gratuit (je crois qu'on est une école secondaire assez singulière à ce sujet). Ça a ses bons côtés mais forcément, ça limite la variété d'outils disponibles.

Au fait, allez faire un tour sur Desmos : de beaux graphiques faciles et élégants. Ça ne fait pas tout, mais c'est rapide (au lieu de charger géogébra ou un autre outil plus lourd) et ça prend en charge pas mal tout ce qui s'exprime avec une équation (ou inéquation). Pour le mobile, app gratuite qui fonctionne aussi sans connection. Avec un compte Google, on peut exporter ou envoyer des liens vers des des graphiques.

Sur une note plus légère, Apple délaisse les grands félins (je crois qu'il commençait à en manquer!) pour le surf californien. Ne lâchez pas !

Missmath a dit...

Blagu'cuicui, voilà des jours que je pense à toi. J'ai quelque chose pour toi. Bon courage, c'est, je le crains, le filon gagnant pour nos jeunes... il implique que nos tâches soient calculées autrement pour ne pas brûler tous ceux qui s'y frotteront.

The Dude, je vous embrasse. Demain, j'aborde les graphiques. Dans le "devoir" de préparation du cours, il y avait de trouver des sites ou applications permettant les tracés de graphiques. J'ai bien hâte de voir si les étudiants auront découvert Desmos ! À suivre.