mardi 13 avril 2010

Michel Chartrand

Partager



La première fois que je l'ai rencontré, c'était à l'université.

Simonne était venue donner une conférence à un colloque sur la paix et il était assis non loin de moi dans la salle. À la fin de la conférence, après une période de questions très conviviale, quelqu'un salue Michel Chartrand. Applaudi chaleureusement, il se lève, remercie les gens brièvement puis s'insurge :

"Comment un haut lieu du savoir peut-il tolérer que les filtres d'aération soient aussi poussiéreux que ceux que vous avez ici. Levez les yeux, regardez, c'est cette poussière-là que les étudiants d'ici respirent toute la journée. Y a personne qui se plaint de ça ici ?"

Bon... qui est là pour prendre la relève de ces gens de conviction prêts à tout pour défendre la justice sociale ?

...

Visiblement, il faut attendre encore un peu.

Photo : Fédération pour l'aide aux travailleuses et travailleurs accidentés (FATA)

1 commentaires:

unautreprof a dit...

Une grande perte.