mercredi 11 août 2010

Errare humanum est, perseverare diabolicum

Partager

C'est de l'histoire ancienne, mais comme ça me chicotte toujours, je persiste et signe.

Cela a commencé, il y a déjà fort longtemps, chez ma chère Marielle par cette revendication envoyée à Monsieur Charest.



Et alors ?

Ne cherchez pas dans les paroles de la chanson, c'est dès les 5 premières secondes que ça se passe. Oui, oui, dans la dédicace. Appuyez sur pause, ça vaut la peine.

Oups...


L'erreur est humaine ! Franchement, le brouillon est plein de coquilles.


C'est vrai. C'est inexcusable. La qualité de la langue écrite témoigne de la valeur de celle ou celui qui l'écrit. Peut-on vraiment prendre au sérieux ces enseignants qui visiblement ont du mal à accorder ce qui s'appelaient dans mon temps des adjectifs ? On a plutôt le goût de leur retirer nos enfants et leurs permis d'enseignement puisque c'est cette grammaire qu'ils enseignent !!


L'erreur est humaine ! Franchement, le brouillon est plein de coquilles.


Peut-être, mais il me semble qu'un bol de moules est acceptable malgré les coquilles, alors qu'il est inacceptable de trouver ne serait-ce qu'un minuscule bout de coquille d'oeuf dans un gâteau.

Quand je trouve des erreurs de français chez mes collègues blogueurs dont certains enseignent le français, je ne m'en vexe pas. Je devine bien que ces billets sont là pour le partage d'opinion, qu'ils ont probablement été écrits rapidement, peut-être pas révisés ou alors qu'ils ont été écrits comme ce billet-ci après une trop longue journée (et un fond sonore d'Arvo Pärt, le fumeux mystique on ne peut plus soporifique).

Par contre, lorsqu'il s'agit d'un ouvrage qui se doit d'être travaillé, révisé, revisité par plusieurs collaborateurs (et en français on est plusieurs dès que l'on n'est plus seul), l'erreur est inadmissible.

Stacey Kent, une chanteuse anglophone francophile, nous a offert un très bel album de grandes chansons françaises. Parmi celles-là, les eaux de Mars. (Attention, ça reste dans la tête longtemps.)



Vous avez entendu ?

Oh la ! Il est tout à fait excusable qu'elle massacre les mots "jardins", "serpent" ou pire le "vif argent" ! Le français n'est pas sa langue. Cependant, là où ça ne passe plus, c'est au chemin qui chemigne et aux restes de racigne. Là, on aurait dû la corriger, lui faire reprendre. Ce n'est pas un problème d'accent, le son "n" (this is a sin) et le son "gn" (to sing) existent tous les deux en anglais. Mauvaise direction, mauvais conseillers, mauvais réviseurs. Inacceptable.

La perle : Voici le texte d'une enseignante publié dans l'album des finissants de son école primaire.



Inadmissible.

Finalement, il y a bien longtemps, lorsque j'ai reçu de l'université la copie reliée de ma thèse, que fièrement j'ai ouvert cet ouvrage sur lequel j'avais passé des années, ces lignes qui avaient été mille fois lues et relues et révisés par mon directeur, champion de la dictée des Amériques et maniaque de typographie et qu'au premier paragraphe de l'introduction j'y ai lu "un champs" avec un terrible "s", ma sentence a été aussi dure. Inadmissible.
Et ma thèse, je l'ai jetée.

19 commentaires:

Le professeur masqué a dit...

Inadmissible chez cette enseignante sa ponctuation défaillante...

Missmath a dit...

On parle de moi ?

Weby m'a donné ses notes de cours sur la ponctuation. Je devrais finir par y arriver. Enfin, j'espère.

Missmath a dit...

Je ne suis pas parano, je sais que la ponctuation de M est pire que le mienne.

(Pffff, ce que je peux être fanfaronne !)

Le professeur masqué a dit...

Je parlais de la prof du primaire.Pour la ponctuation, j'ai des trucs assez intéressants, je crois. Preneuse?

Missmath a dit...

Mets-en que je suis preneuse !

missmath arobase missmath.net

Anonyme a dit...

Faisons la différence entre un texte de chanson et un texte dit sérieux.

PM, ta ponctuation est déficiente dans ton premier message. Tu devrais mettre en pratique les trucs que tu offres à missmath.

Le professeur masqué a dit...

J'aimerais savoir en quoi elle est déficiente svp.

Le professeur masqué a dit...

MissMath: Courrier envoyé. Tu crois que l'anonyme va venir m'expliquer? J'haïs quand on fait une crotte sur mon perron et qu'on se pousse...

Marielle Potvin a dit...

@Le professeur masqué "J'haïs quand on fait une crotte sur mon perron et qu'on se pousse..."
Moissi moissi...
Il faut lire les derniers commentaires de ce billet http://j.mp/9yENJm ;-(
Ce sont ce genre de remarques qui amènent beaucoup d'entre nous à garder le silence devant la piètre qualité de la langue écrite, chez certains enseignants. Moi-même, pourtant toujours prête à monter aux barricades pour cette cause,j'y pense de plus en plus avant de m'exprimer là-dessus.
Me faire répondre de regarder la poutre dans mon oeil avant de voir la paille dans celle du voisin, c'est une façon de m'envoyer promener, non ?

Missmath a dit...

Érik Satie disait : "L'envoi d'une lettre anonyme est un acte sans nom." J'espère que nous aurons ici la correction de la ponctuation du commentaire de PM par Anonyme, mais j'estime que la probabilité de cet événement doit être presque nulle.

Merci PM pour les documents que j'ai bien reçus. Je t'enverrai mes exercices pour en avoir la correction !

Évidemment, il y a une différence entre un texte de chanson et un texte sérieux. Entre un commentaire sur un blogue et un roman. Entre une paille et une poutre.

On ne peut pas demander aux enseignants qui n'ont pas une formation en langue française d'être des spécialistes de la langue. Cependant, on doit exiger un français correct. Et plus le texte ou le discours est sérieux, plus il devrait être révisé par des gens de plus en plus spécialisés.

Si la ponctuation dans le premier commentaire de PM est déficiente, il s'agit d'une paille. Visiblement, nous sommes au moins 3 ici à n'y voir rien de mal.

Mais je pense que les erreurs des textes présentés dans le billet sont des poutres. La preuve, j'ai montré le texte de l'enseignante du primaire à un enfant de 10 ans et je lui ai demandé de trouver les erreurs. Eh bien, il en a trouvé plusieurs.

C'est d'autant plus grave que de nos jours, il existe des antidotes contre ces poutres qui empoisonnent nos écrits.

Le professeur masqué a dit...

Miss: tu vois, je suis convaincu que notre anonyme pense que j'aurais dû placer entre virgules »chez cette enseignante» dans la phrase «Inadmissible chez cette enseignante sa ponctuation défaillante...» Or, elles sont facultatives. Je ne vois pas autre chose.

Missmath a dit...

Sur une telle phrase, il n'y a pas 645 combinaisons possibles en effet.

Le professeur masqué a dit...

Miss: tu as fait un calcul de probabilités?

Missmath a dit...

La phrase a trois blocs :
1. Inadmissible
2. chez cette enseignante
3. sa ponctualité défaillante

La phrase peut se terminer par 5 marques : ... . ! ? ou rien.

Les blocs peuvent être séparés par des virgules, des ; ou rien ou à la limite des :

4*4*5 = 80 combinaisons.

Parmi celles-ci, 16 seulement ne me paraissent pas être de grossières erreurs de ponctuation.

bibco a dit...

J'ai fait une dépression après la lecture de ce billets et des réponses qu'il a suscitées.
Je juge, tu juges, il est jugé; nous le sommes tous.
Tout le monde devrait s'entraider lorsqu'il s'agit du français écrit. Personne n'est infaillible. Dans le milieu scolaire plutôt que tout autre, j'encourage tout le personnel à se corriger, à se faire corriger, à se relire, à se faire relire, par un ou plusieurs collègues et à ne pas s'offusquer de l'erreur trouvée, mais plutôt à y voir une critique constructive et positive. Toute notre vie nous continuons d'apprendre, on se trompe et on recommence, c'est ça le progrès. Personnellement Miss, c'est le document vidéo envoyé au premier ministre qui m'a horrifié.

Le professeur masqué a dit...

Bibco: la critique constructive, je veux bien, mais il y a six erreurs carrément impardonnables dans le petit mot de cette enseignante. Je suis d'accord pour construire, mais faut-il encore qu'il y ait des fondations suffisantes! J'ai des élèves de première secondaire qui ne feraient pas de pareilles erreurs et cette personne a eu moins un bac en enseignement. En plus, il s'agit d'un document imprimé et distribué aux élèves, un document que les parents pourraient lire.

bibco a dit...

Prof, ce que je veux dire, c'est qu'elle aurait pu présenter son brouillon à d'autres profs
et là, elle aurait pu se faire corriger, enfin, je l'espère...
Ou retourner à l'école comme élève, ce qui aurait été une bonne option aussi.
Quand je parle de critique constructive je parle de ne pas avoir peur de demander de l'aide avant de présenter quelque chose d'officiel comme ce que nous montre le billet de Missmath.
Crois-moi, je suis très décontenancée devant tout ça et le mot est faible.

Félix GG a dit...

Ma chère Missmath, assures-toi que Weby ne soit pas loin si tu lis felixgg.qc.ca/blogue/2010/08/441... je dis ça comme ça, au cas où tu perdrais connaissance. Tu vas voir, c'est à la hauteur de ce que tu as indiqué ici. Inadmissible, je suis totalement en accord avec ton (dur?) jugement.

Nolwenn a dit...

le must du must c'est ce mot de l'enseignante, j'ai du relire pour voir toutes les fautes, ça m'a rappelé l'orthographe de ma sœur à l'école primaire mais elle avait une excuse, son âge!