jeudi 13 mars 2008

Air d'Émile

Partager

Mars étant le mois des tempêtes de neige, un peu d'Émile s'impose.

Première version pour les yeux francophiles des "vieux pays" :





SOIR D'HIVER

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu'est-ce que le spasme de vivre
A la douleur que j'ai, que j'ai.

Tous les étangs gisent gelés,
Mon âme est noire! Où-vis-je? où vais-je?
Tous ses espoirs gisent gelés:
Je suis la nouvelle Norvège
D'où les blonds ciels s'en sont allés.
Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu'est-ce que le spasme de vivre
A tout l'ennui que j'ai, que j'ai...



(Toile de Jean-Paul Lemieux sur www.emile-nelligan.com où l'on trouve de nombreux poèmes d'Émile Nelligan.)


Puis, la version pour les pelleteux !

1 commentaires:

Anonyme a dit...

Bien dommage que le tableau de Lemieux qui appartient au Centre d'exposition de l'Université de Montréal soit accroché dans le bureau du recteur...

Il devrait plutôt être au Musée de la Civilisation à Québec.

Quand même bête que ce tableau que j'ai vu tant de fois en reproduction photo dans mes manuels scolaires soit maintenant hors de ma portée de citoyenne... il croule sous le poids de la bureaucratie.