mercredi 19 mars 2008

Des seins et des jeux

Partager

Comme je n'ai toujours pas retrouvé mon cellulaire, j'en ai reçu un pour mon anniversaire. On ne me trouve donc plus parmi les Bell, on me compte désormais chez les Virgin... houhouhou...

Il n'y a pas si longtemps, toutes les compagnies de téléphonie sans fil s'adressaient aux jeunes. Intensément. Je constate qu'elles ont changé depuis. On trouve des traces de tutoiements, mais la sobriété est revenue... du moins en apparence.

Mais là, la vieille en a pour son rhume dans le monde des Virgin.

Laissons Swafan nous dire ce qu'elle pense des messages prédéfinis et intéressons-nous plutôt à ce que les détendus du mobile peuvent télécharger pour embellir leur téléphone.




Des fonds d'écran :
Voulez-vous savoir quelles sont les images les plus vendues pour personnaliser les téléphones ? Des pitounes ! Sexy School Girl, Sophia Full Frontal Nudity, sexy summer's huge breast...

You're so fine and you're mine
I'll be yours 'till the end of time
'Cause you made me feel
Yeah, you made me feel
I've nothing to hide
(Like a virgin, Madonna)


Des jeux :
Là, j'ai été soufflée : un concours !



Ok, je veux bien croire qu'il n'est question que du téléchargement d'un jeu. On pourrait même dire d'un jeu éducatif, puisqu'il s'agirait, de ce que j'ai pu comprendre, d'un jeu de marché dans lequel il faut acheter divers produits ( acide, ecstazy, cocaïne...) au plus bas prix possible et les revendre le plus cher possible. Je ne sais pas s'il existe des options pour couper le produit avec de l'ammoniac, de l'essence ou des crottes de lapin pour augmenter les profits ni s'il y a un coefficient d'addiction qui rend tel ou tel produit plus rentable que l'autre, mais je suis certaine qu'il n'y a aucune considération sociale dernière ce jeu...

Si j'avais les compétences pour diriger une discussion, si j'en avais le temps autrement qu'en présentant un plateau de statistiques, j'apporterais ces thèmes en classe. Ne serait-ce que pour discuter des différences entre le marché légal et le marché illégal. Ne serait-ce que pour parler de dépendance et de coûts sociaux reliés à la dépendance et à la toxicomanie. Ne serait-ce que pour distinguer l'amour du sexe, la femme de l'objet sexuel. Ne serait-ce que pour parler de l'hyperconsommation qui ne mène nulle part si ce n'est qu'à consommer davantage, à en vouloir toujours plus. Icare, envole-toi ! Ne serait-ce que pour parler du Vide dans lequel on nous plonge, pour reprendre le titre de mon cher Senécal. Il me semble en effet qu'en faisant comme si toute cette réalité des jeunes n'existait pas, en nous limitant à l' "indispensable théorème de Pythagore", il me semble que l'école fait fausse route. N'avons-nous pas une part de responsabilité dans cela, même si ce n'est pas écrit dans les éléments de compétence de nos cours ?

Alors, dites-moi franchement, c'est-tu moi qui suis trop vieille ou là, on exagère ? Car il me semble qu'il y a banalisation et banalisation.


6 commentaires:

Monsieur A a dit...

Le plus troublant, je pense que c'est "chéktumveu"...

Quand "Je sais que tu me veux" devient aussi fréquent que de dire "Qu'est-ce que tu fais" ou "Désolé, je suis occupé"... songe à te faire OP-Ré...

Ou du moins, protège-toi comme il faut... surtout si tu as 200 contacts sur ta liste...

Ça fait peur... je suis sorti du secondaire il y a 7 ans et on dirait que ça fait 27 ans...

Le professeur masqué a dit...

Missmath: on n,est plus dns le coup, faut croire.

Safwan a dit...

Je me sens dépassée pour tout cs messages, jeux. Je ne savais pas qu'il y avait des messags préformattés dans les téléphones. Il n'y en a jamais eu dans les nombreux téléphones que j'ai eus. Le jue me surprend mais, en même temps, il reflète bien ce que l'on peut acheter pour les grosses consoles. Je pense entre autres à Grand Theft Auto où l'on gagne des points et de l'argent en tuant des passants.

Nick a dit...

Tu comprends maintenant un peu pourquoi je déteste Virgin Mobile?
Si seulement ce n'était que ça...

http://masternick.myminicity.com/

Safwan a dit...

Encore moi...
Ce billet de la Marsouine rejoint en partie le tien.

Stéphanie Demers a dit...

Tu as raison, c'est le rôle de l'école. Et que ces élément soient aussi populaires est pour moi une autre preuve de l'échec de l'école. L'exploitation de soi et des autres devrait être le sujet d'analyse, de dénonciation et de construction d'une vision et d'actions alternatives critiques et immédiates. C,est un travail que mes étudiants et moi tentons de faire rigoureusement chaque session, mais à contre-courant (voir le cri du coeur d'une de mes étudiantes http://pedagogiecritique.blogspot.com/2008/02/de-mes-tudiantes-et-mon-tudiant-partis.html) C'est inexcusable d'être confrontés à une telle situation actuellement et je répète : aux armes, pédagogues (armes = pédagogie, critique, analyse, discussion, redéfinition des relations de pouvoir, socioconstructivisme, amour radical).