vendredi 21 mars 2008

Calvaire

Partager

Avez-vous vu ?
Ok, je recule et je passe au ralenti, regardez bien.

Le prof remet les examens corrigés.

Arrêt sur image :

1. Le prof regarde le nom sur la copie.
2. Le prof lève les yeux pour retrouver l'élève.
3. Le prof tend la copie à l'élève.
4. L'élève dit merci, prend sa copie et regarde sa note.
5. Le prof regarde le nom sur la copie suivante.
6. L'élève esquisse un sourire : il a passé.
7. Le prof se dirige vers le prochain élève et lui tend sa copie.
8. L'élève dit merci, prend sa copie et regarde sa note.
9. Le prof regarde le nom sur la copie suivante.
10. L'élève a échoué. Il cache sa copie.
11. Le prof se dirige vers le prochain élève et lui tend sa copie.
12. Le copain de l'élève qui a échoué demande à ce dernier quelle est sa note.
13. Le prof regarde le nom sur la copie suivante.
14. L'élève qui a échoué n'a pas le goût de dire à son copain qu'il a échoué.
15. Le prof se dirige vers le prochain élève et lui tend sa copie.
16. L'élève se sent mal à l'aise par rapport à son copain qui a échoué et le laisse tranquille.
17. Le prof regarde le nom sur la copie suivante.
18 L'élève qui a échoué se demande à quoi peut bien lui servir ces mathématiques lui qui veut devenir physiothérapeute, un domaine dans lequel il ne fera jamais de mathématique.
19. Le prof se dirige vers le prochain élève et lui tend sa copie.
20. L'élève qui a échoué se dit que de toute façon, avec une telle note, qu'il n'arrivera jamais à rentrer en physiothérapie, car ce programme est contingenté et il n'aura jamais la cote R qu'il faut pour être admis. Tout cela à cause d'un cours de mathématique dont il n'aura jamais besoin par la suite.
21.Le prof commence à donner la solution de l'examen au tableau.
22. L'élève qui a réussi n'écoute pas car, pour ce numéro, il a eu tous les points.
23. L'élève qui a échoué note machinalement la solution en se disant que ce cours lui est totalement inutile et qu'il n'y comprend absolument rien.
24. Le prof démontre que la solution pouvait se faire en deux lignes seulement.
25. L'élève qui a réussi regrette de ne pas y avoir pensé et d'avoir fait la solution en deux pages.
26. L'élève qui a échoué se dit qu'il est vraiment un imbécile, car une solution aussi simple, lui, il n'aurait jamais pu y penser. L'élève a envie de pleurer.
27. Le prof démontre la solution du numéro suivant.
28. L'élève qui a échoué se demande comment il pourrait sortir de la classe sans être vu et disparaitre à jamais.



Si les évaluations sont injustes, n'y a-t-il pas lieu d'avoir honte de manière cavalière dont on traite les élèves quand ils reçoivent leur évaluation ?

2 commentaires:

Stéphanie Demers a dit...

pauvres jeunes

c'est pourquoi les examens sont à jamais bannis de ma classe... c'est quelle étape d'une zone proximale de développement, un examen ? À part la rétention et la capacité de performer sous pression, qu'est-ce que ça mesure, un examen ?

des situations d'apprentissage complexes et authentiques, de longue haleine, où les étudiants peuvent s'ajuster, poser des questions, réfléchir dans le calme à des solutions possibles, s'enrichir de la pensée des autres... je n'ai pas honte d'évaluer ce type de travail, car avec une bonne grille d'observation que les étudiants ont reçue a priori, il est très rare que quelqu'un échoue

et un à un, il faut aller les voir et leur expliquer quels défis et quelles forces on a perçus

l'évaluation on un tel poids ... anecdote : le premier cas de suicide que j'ai vécu, c'est un de mes élèves de cinquième secondaire qui demeurait impassible quand je lui remettais ses évaluations. le psy de l'école m'a dit que c'est un signe certain, lorsqu'il ne réagit même plus à ses notes, que le jeune est décidé et serein face à sa décision -- on aurait pu croire que c'est le signe de quelqu'un qui a compris que sa valeur n'est pas liée à une note sur une feuille

Missmath a dit...

"Mais, Madame, si tout le monde passe, ce n'est pas bon pour ma cote R !!!"


;-)