samedi 22 mai 2010

L'inutilité des cours de français au Cégep

Partager

Rappel :

Les programmes du collégial présentent tous trois blocs de formation. La formation spécifique que nous appellerons les cours désirés, ceux qui ont dicté le choix de programme des étudiants, les cours complémentaires, que nous pourrions appeler cours au choix, même si dans les faits, les étudiants n'ont pas tant de choix que ça et les cours de la formation générale (français, philo, éducation physique, langue), les détestés.




Mon Cégep est tout seul dans la région (enfin presque...)
Pour nos programmes techniques, notre principal "compétiteur" s'appelle La Cité collégiale. On y offre nos programmes, mais avec un avantage non négligeable : on se concentre uniquement sur la formation spécifique. Très spécifique. Aucun cours de français, aucun cours de philo. Nos étudiants, qui souvent ont hâte d'en finir avec l'école, aiment beaucoup ce principe : allez directement à l'essentiel, sans passer français-philo et réclamez 25 000 $.

Au Cégep, les étudiants qui sont dans les cours de mise à niveau en français vous raconteront à quel point ces cours sont ennuyants, démotivants. Les étudiants qui font plutôt de la littérature vous raconteront combien les lectures imposées sont ennuyantes ("si je pouvais trouver le film, ça m'éviterait d'avoir à lire le livre") et combien ça ne sert à rien de faire une dissertation de 600 mots à partir d'un paragraphe d'un texte ("j'aurai jamais à faire ça dans ma vie").

On devinera que ces étudiants ne lisent pas.
Ou peut-être des mangas.
Si on peut appeler ça de la lecture...




Ils écrivent des textos, ils clavardent.
Étonnamment (car ils ont tous reçu leurs diplômes du Ministère), certains sont des analphabètes fonctionnels.


-+-+-+-+-+-+-+-+-



L'idée m'est venu pendant mon examen final de calcul : Enregistrer les étudiants qui demandent des précisions sur les questions d'examen.

Je cite. Et ils ont été nombreux à me poser ces mêmes questions. Peut-être ai-je été trop subtile dans le libellé. Je vous donne mes questions pour que vous puissiez juger.


- Quelles sont les unités du temps ? Des secondes ou des minutes ou on met ce que l'on veut ?

- Est-ce que les mesures sont en cm ?




- Est-ce que la crème glacée s'arrête à la sphère ?

Calculer la quantité de crème glacée contenue dans la paille de chocolat. Il s’agit du volume de l’intérieur du cylindre r = 2sin θ touchant en un seul point l’intérieur du cône et borné supérieurement par la calotte de la sphère de rayon 20 cm centrée à l’origine.


- Est-ce qu'il y a de la dorure sur le centre de la fleur ?

Les pétales de chacune des petites fleurs de sucre (le centre de la fleur est exclu) sont plaqués de feuille d’or alimentaire.



- Je manque d'espace pour faire mon intégrale, est-ce que je peux utiliser le verso ?


Effectuer le changement de bornes, ne pas évaluer l’intégrale .





-+-+-+-+-+-+-+-+-



Alors la prochaine fois qu'un étudiant me dira :

"Non mais, à quoi ça sert de trouver dans trois pages de textes 12 arguments démontrant que..."

Je lui répondrai que ça lui servira, entre autres choses, à trouver dans son cahier de charges les réponses aux questions que son travail quotidien amènera et à devenir autonome.

Et je ne parle ici que de savoir lire.
Quand on touche à la littérature, on ajoute de la chair sur la structure de la pensée.
Et lorsque l'on ajoute au français les cours de philosophie, on ne devrait plus parler de formation générale, mais bien de formation fondamentale.

4 commentaires:

Blagu'cuicui a dit...

Bonjour,

Je pense en effet qu'il est assez dommage d'enlever la philo à un cursus sous prétexte qu'il est scientifique. Et cela existe bien avant les restrictions budgétaires après tout.

Mais bon c'est bien connu, réfléchir ne sert à rien tout comme bien des choses intéressantes culturellement parlant et même fondamentalement parlant. La génération du zapping, ne souhaite plus réellement se prendre la tête sur cela.

Sinon, pour le "savoir retranscrire ou résumer un gros texte en 600 mots" c'est une choses indispensable pour un futur ingénieur vu qu'il aura bien des texte à lire et qu'il faudra qu'il en sort l'essentielle au premier coup d'œil (et non se limiter aux formule ou dessin du dit texte). Enfin, bon c'est ça battre un peu contre du vent pour le coup car après tout la philosophie comme le français ne produit rien en soi et c'est tout le problème à l'heure actuelle car ce qui ne produit rien à l'instant t est équivalent à ce qui ne sert à rien.

Le professeur masqué a dit...

Je te résumerai mon opinion. Tes gamins ne veulent pas lire. Ils veulent pas lire les questions: ils veulent seulement faire les problèmes. Alors, au moindre petit pépin d'inattention, ils viennent te voir.

Missmath a dit...

Tu as raison, PM. Quand je leur pointais du doigt la réponse à leur question, ils me regardaient gênés. Je pense que c'est plus un besoin de sécurité dans leur cas.

Quoiqu'il en soit, la formation en français et en philo reste à mon avis essentielle et elle doit être imposée. Je défends très ardemment ces cours auprès de mes étudiants, mais je dois avouer qu'il existe des profs de français et de philo qui n'aident pas leur cause...

Sylvain a dit...

On est tellement centré sur l"utilitaire (sport ou pas ;-)) dans notre société, qu'on est à la veille de devenir en 2D, sinon en une seule dimension...

Seule la télé (et le cinoche) sera bientôt en 3D…