lundi 26 mars 2012

Ça coule

Partager

En fin de semaine, la ministre de l'éducation a enfin rétabli les faits : il n'est pas question d'annuler la session. Cela allait de soi.

Elle parle de plutôt allonger la session (ce qui est possible dans une certaine mesure, puisque le Ministère doit respecter les contrats d'embauche du personnel), mais certains établissements sont en boycott depuis plus de 6 semaines.

Alors, la perle ministérielle : imposer des cours le soir et les fins de semaine.

Ben oui ! Et pourquoi pas nous obliger à filmer nos cours maintenant, dans nos classes vides, et obliger les étudiants à les visionner en accéléré pour gagner encore plus de temps ?

Nos étudiants ne sont pas des machines.
Ils sont même incroyablement humains.



6 commentaires:

Profquifesse a dit...

Elle est assez visiblement en mode panique, la Line. Elle n'a aucun atout en main et ne peut plus qu'espérer effrayer quelques étudiants frileux, ce qu'elle tente de faire en multipliant les déclarations de ce genre-là. J'imagine assez la réponses des syndicats si elle demandait aux profs de faire du rattrapage les soirs et les fins de semaine.

Le professeur masqué a dit...

Question: vous devez être disponible jusqu'à quand en vertu de votre contrat de travail?

Missmath a dit...

Personne ne sait à l'heure actuelle comment la session pourra être récupérée. (Ça comprend la ministre.)

Selon notre contrat, nous devons être disponibles jusqu'au 15 juin.

Selon notre convention, il nous faut 5 jours ouvrables pour l'évaluation finale. On ne peut pas nous demander d'enseigner les fins de semaine (quand la Ministre a laissé sous-entendre ça, c'est qu'elle envisageait un décret ou des négociations avec les enseignants).

Si on se fie à ce qui s'est passé en 2005, chaque cégep a négocié sa récupération des jours manqués à la session.

Reste à voir ce que ça donnera et surtout combien de temps encore ça durera.

Le professeur masqué a dit...

Bref, elle a un peu dit n'importe quoi. Mais on peut vous demander d'enseigner le soir sauf que les cégeps sont déjà occupés le soir?

Missmath a dit...

La pondération des cours prévoit un nombre d'heures de travail à faire à l'extérieur des heures de classe. Par exemple, mes cours ont une pondération 3-2-3, donc 3 heures de théorie, 2 heures de laboratoire et 3 heures de travail à l'extérieur de la classe. Les étudiants de première année en sciences de la nature, par exemple, ont 26 h de cours (classe) et 18 h de travaux à faire à l'extérieur de la classe. On évalue donc qu'ils devraient consacrer 44 h par semaine à leurs études. Où trouveront-ils le temps d'en faire plus si on remplit leurs soirées ? Il risque fort que les cours du soir deviennent en quelque sorte de l'aide aux devoirs !!!

Missmath a dit...

(Dans les programmes techniques, les sessions sont encore plus remplies.)