samedi 4 décembre 2010

Où va-t-on ?

Partager

Les lecteurs du brouillon savent combien j'aime la vision du monde de Hans Rosling. De la simple présentation des statistiques à la construction d'un modèle permettant d'animer les séries chronologiques de données, voilà maintenant qu'il opte pour le vidéo commenté. Les statistiques n'ont évidemment pas changées, c'est la façon de les présenter qui a évolué.





Cela n'est pas sans rappeler le travail qu'il nous faut faire dans nos cours. En particulier en mathématique. Car si l'arithmétique et l'algèbre sont les mêmes depuis des siècles, la façon de les aborder se doit d'être rafraîchie.

Un bon prof n'est-il pas cette personne qui sans cesse se demande s'il n'y aurait pas un moyen plus efficace pour permettre à ses étudiants d'apprendre ?

Et hélas, de nos jours, n'est-ce pas aussi cet hurluberlu qui passe des jours à préparer ce qui finalement sera par la suite vu et appris en classe en moins de 4 minutes 48 ?

4 commentaires:

Gabriel a dit...

Plus facile à faire avec les maths qu'avec la philo ;)

Merci du vidéo!

Gaël PLANTIN a dit...

Plusieurs réactions à ce billet :

1° Quelle est la part du Bonhomme dans la réussite de cette prestation ?
Autrement dit, et pour avoir déjà visionné d'autres prestations de son fait, je crois que le média n'a que peu d'importance : c'est sa capacité à scénariser son discours qui emporte l'adhésion !

2° Quelle est la rentabilité d'une telle préparation ?

Certes, je prône la scénarisation des activités pédagogiques afin d'en accroître l'appétence, mais, je crois que la réactivité est une composante de cette appétence.

Or, une vidéo, aussi aboutie soit-elle, ne saurait se targuer de cette qualité.

Le temps consacré à la mise en oeuvre d'une telle vidéo ne pourrait-il être mieux utiliser, par exemple à développer un site Internet qui permette d'explorer les données de manière interactive ?

Gaël PLANTIN a dit...

Oups, Miss, merci de corriger ma faute d'accord... utilisé

Missmath a dit...

Tes propos Gaël sont tout à fait justes. Un prof n'aura jamais les moyens financiers ou le support technique d'une équipe de télévision comme la bbc et ce n'est pas nécessaire d'en faire tant.

Ce qui me déçoit cependant, c'est que les enseignants qui créent du matériel original adapté sur mesure à leurs étudiants et qui répond précisément aux besoins de leurs cours ont dans les faits la même tâche, le même salaire que les enseignants qui ne font que suivre le matériel des maisons d'édition.

En ce qui concerne la philo, le défi est en effet intéressant. Il y a un prof de la région de Québec qui, il y a quelques années, faisait des trucs assez intéressants dont des capsules philosophiques. Weby qui les a vu étant jeune (au primaire) s'en rappelle encore. J'ai oublié le nom de ce prof et je n'arrive pas à le retrouver sur le web...