samedi 11 juin 2011

Construire sa conscience citoyenne

Partager

Weby me demande de l'amener chez sa grand-mère.
En bonne grand-mère, celle-ci nous reçoit avec tarte, café, thé, sucre à la crème.
Fidèle à son habitude, Weby dévore son morceau de tarte et y laisse la croûte.

- Weby, dit la grand-mère, viens manger tes croûtes.

- Je n'ai plus faim, dit Weby.

- Viens, pense aux pauvres qui n'ont pas la chance de manger de dessert.

Cet argument m'a fait sourire. Il m'a fait penser à ma mère et à ma grand-mère. Depuis combien de générations, pensai-je, sert-on cet argument ? Peut-être pas si longtemps que ça. Quand ils étaient petits, mes parents n'avaient pas de dessert tous les jours.

Or voilà que Weby me sort de ma rêverie.

- Justement, Grand-mère, je pense aux pauvres.

- Ah bon ?

- Si je mange mes croûtes, même si je n'ai plus faim, que se passe-t-il ? Rien, si ce n'est le fait que je risque de développer des problèmes d'obésité qui coûtera cher à la société et par conséquent rendra les pauvres plus pauvres. Mes restes n'iront certainement pas dans les pays où les gens meurent de faim, mais aux poubelles. Or que font les gens d'ici qui ont faim ? Ils fouillent dans les poubelles. Ainsi, en ne mangeant pas mes croûtes, non seulement je fais faire des économies à la société qui n'aura pas à payer pour mes problèmes de surpoids, mais en plus, il est probable que je nourrisse un pauvre de ton quartier qui n'a pas la chance d'avoir de nourriture.


Vu sous cet angle, j'ai presque eu honte de m'être forcée à manger mes croûtes !

Parfois, je me dis que cette réforme fonctionne trop bien...

8 commentaires:

Nick a dit...

Weby a toujours la réponse à tout.

Sonia Geffrier a dit...

Si Weby était si soucieuse de son poids et du bien-être des pauvres, elle mangerait le "trottoir" des tartes, et jetterait le reste avec les fruits (les pauvres aussi ont le droit à leurs vitamines)
;-)

Missmath a dit...

Sonia, c'est avec empressement que je lui ferai part de ton délicieux commentaire.

Sonia Geffrier a dit...

J'espère que Weby ne traversera pas l'Atlantique pour venir me casser la g...
;-)

Gaël PLANTIN a dit...

Lorsque je parcours les pages Facebook de mes apprenants, je suis toujours étonné de l'alchimie dont ils sont capables.
On peut y lire du plus futile (l'horoscope...) aux citations les plus profondes.
Lorsqu'ils ont besoin d'argumenter pour défendre leur position, ils développent un argumentaire et synthétisent à la volée des éléments que nous ne soupçonnions pas...

Alors la réforme est-elle juste (la votre et la notre...) ?
En tous le cas, elle va dans le bon sens, mais pas assez vite, ce qui me semble expliquer les nombreux décrochages.

On enseigne encore aujourd'hui comme il y a 30 ans, quelle bêtise !

Blagu'cuicui a dit...

Toute évolution n'est pas bonne à prendre.

Facebook reste un gros soucis de stockage de données pour tes "apprenant" dont ils ont que trop peu conscience (arrête d'ailleurs avec des mots à la mord moi le noeud, ça fait pompeux pour pas grand chose).

Ensuite, il reste le fait que tous les élèves n'ont pas accès au net ce qui ne permet pas une équiter avec cela. Si tu parle de la réforme des compétences en France c'est une belle connerie de nivellement par le bas constaté et affirmé par les instances vu que le but est bien "de donner un niveau visible aux employeurs pour les élèves qui décrochent". Bref, on s'acrifie l'élite pour les "mauvais"/"décrocheur" où est le progrès ?

Cordialement,

Gaël PLANTIN a dit...

Je prenais l'exemple de FaceBook parce que c'est l'outil à la mode...

Je partage ton inquiétude quant à confier autant de données à des inconnus.

En revanche, je m'émerveille de l'ingéniosité de nos apprenants qui, en situation de motivation et d'intérêts, sont capables de raisonner et d'argumenter.

En conclusion, je citerai Condorcet (?) : "Sauvons par la sagesse, ce que nous avons acquis par l'enthousiasme !"

blagu'cuicui a dit...

Il n'y a pas mal de blog de réflexion si tu parcours aussi le web fait par des jeunes qui sont de pur cours de philo malgré leur âge je suis tout à fait d'accord sur ce point de vu là en tout cas.