mercredi 26 novembre 2008

Adrien Douady

Partager




Le mathématicien français Adrien Douady (1935 - 2006) était le Hubert Reeves des nombres complexes.

L'Académie des sciences dit de lui :

Douady était à la fois un tombeur de problèmes ("problemkiller") et un semeur d'idées. Une conversation mathématique avec lui était toujours un régal, et il savait vulgariser les mathématiques à tous les niveaux et par tous les moyens, dont les films. [...] Il prêtait une grande attention à l'enseignement, et plus généralement à la transmission des savoirs. Il avait impulsé une bonne partie des études faites en France et dans le monde sur la didactique des mathématiques. Il était très aimé des étudiants qui appréciaient toutes les faces de son originalité et il les aimait en retour. Sa mort a causé une profonde émotion dans le milieu mathématique où il n'avait que des amis. Il était lauréat du prix Ampère (1989) et membre correspondant de l'Académie des sciences (1997).



Photo : Michel Zinsmeister

3 commentaires:

bibco a dit...

Comme je n'y connais rien en maths, j'aime beaucoup lire tes billets. Aujourd'hui encore tu me rappelles combien le monde est vaste au delà de mon petit univers et combien il est fait de diversité et d'excellence. Ça fait du bien d'entendre parler d'autre chose que d'Occupation double ou de récession.

Nick a dit...

Ou bien, entendre Pauline Marois accuser Jean Charest pour tout ce qui se passe de négatif au Québec, Mario Dumont qui croit pouvoir faire mieux que ces deux-là en disant que tous les deux ne provoque que du négatif et Jean Charest qui nie tout puisque c'est de la faute au parti québécois la situation économique d'aujourd'hui. (Ce que j'ai retenu du débat des chefs, une chicane d'enfant. )

Frankie a dit...

Ce monsieur Douady n'a pas été capable de calculer les raisons de sa "possible" mort ? Calculer pour la prévenir ? Faut croire que la Grande Justice Finale est bonne pour tous.

@ Nick

Parlant de politique, peu importe ce que tu as entendu pendant le débat de mardi soir, dis-toi qu'UN seul chef politique au Québec a dit les vraies choses, un certain soir d'un certain référendum.

"Dans l'fond, on a été battus par quoi ?" a-t-il prononcé ...