dimanche 27 septembre 2009

Vous n'êtes pas tannés de mourir, bande de caves

Partager

D'abord ceci.

(...) pendant que tu te bats pour que justice soit faite, je cours les boutiques et les chirurgiens car il ne sert à rien d'avoir du courage lorsqu'on est vieille, et puis la jeunesse demande tellement de temps, toute une vie à s'hydrater la peau et à se maquiller, à se faire grossir les seins et les lèvres et encore les seins parce qu'ils n'étaient pas encore assez gros, à surveiller son tour de taille et à teindre ses cheveux blancs en blond, à se faire brûler le visage pour effacer les rides, à se brûler les jambes pour que disparaissent les varices, enfin se brûler tout entière pour que ne se voient plus les marques de la vie, pour vivre hors du temps et du monde, vivre morte comme une vraie poupée de magazine en maillot de bain, comme Michael Jackson dans la solitude de sa peau blanche, enfin mourir de n'être jamais tout à fait blanc, tout à fait blonde.
(Nelly Arcan, Putain)

Puis cela.


6 commentaires:

unautreprof a dit...

Oh, l'extrait que tu as choisi est frappant.
Deux morts, deux personnes si malheureux dans et avec leur corps.

cabachand a dit...

L'aliénation ce concept si démodé!

Et dire que nous croyons réellement nous choisir!

Air fou a dit...

Missmath, on dirait qu'on s'est consultées, ma foi. Si le coeur t'en dit, viens voir ceci. Ton billet est en lien sur mon agace-neurones.

Quel extrait poignant. Il faut que je la lise. Merci...

Zed

Jane a dit...

Moi je trouve ça beau vieillir. J'ai envie que mes enfants aillent une vrai grand-mère aux cheveux blancs pas une barbie desséchée...

Missmath a dit...

Merci Zed.

Jane : Être jeune et belle, c'est bien. Être vieille et belle, c'est même mieux. C'est entre les deux que c'est plus difficile. Mais je sens que ça va changer.

Blagu'cuicui a dit...

La jeunesse et la beauté sont des concepte de la société pour classifier les gens.

Être jeune et beau/belle c'est avant tout dans la tête que cela se passera et non dans les yeux des autres.

A force de se voir vivre dans les yeux d'autrui, on n'oublie que notre image nous appartient :).