vendredi 13 juillet 2007

Sacré Charlemagne !

Partager

En 2000, l'OCDE a posé à plusieurs élèves la terrible question suivante : Détestez-vous l'école ?

Eh bien, le Canada arrive troisième au palmarès des pays où les enfants détestent le plus l'école.

Voici les résultats :

#1 Belgique 42%
#2 Italie 38%
#3 Canada 37%
#4 France 37%
#5 États-Unis 35%
#6 Nouvelle-Zélande 34%
#7 Australie 34%
#8 Irlande 34%
#9 Autriche 29%
#10 Suisse 28%

Malheureusement, je n'ai pas réussi à trouver la méthodologie de cette enquête, mais rappelons tout de même que c'est l'OCDE qui parraine le célèbre questionnaire PISA (acronyme de Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves). Ce questionnaire permet d'analyser les savoirs et les savoir-faire. Commencé en 2000 dans 43 pays et repris tous les trois ans, le dernier sondage s'est effectué dans 58 pays en 2006. Au Canada, c'est Statisque Canada qui gère l'enquête (prélèvement de l'échantillon, collecte et traitement des données). On sélectionne un échantillon par grappe d'écoles et on ne demande qu'aux élèves de 15 ans des écoles choisies de répondre à un questionnaire, et ce quelque soit leur niveau académique. On a choisi l'âge de 15 ans, car il correspond à l'âge de la fin de la scolarité obligatoire dans la majorité des pays.

Les résultats de l'enquête de 2003 sont publiés. En mathématique, on découvre que le Canada se débrouille très bien, puisque seuls les Pays-Bas et la Finlande le surpassent de façon significative sur les thèmes étudiés.

Je serais curieuse de voir la répartition des résultats à l'intérieur du Canada. Le Québec s'y distingue-t-il ?

Comme dirait RBO : À suirrrrrre

2 commentaires:

cabachand a dit...

Perso, ce qui me fascinerait serait une comparaison entre deux pays se classant très bien en mathématiques (par exemple, la Corée et la Finlande) et la perception qu'ont les étudiants de leur système éducatif respectif... On pourrait alors étudier en quoi ces deux systèmes diffèrent et ce qu'ils offrent aux étudiants qui y cheminent.

cabachand a dit...

Ceci dit, je n'ai pas eu la chance de bien étudier tout le texte de l'étude de PISA, mais à première vue, je suis vachement impressionné par la «qualité» des exercices qui sont proposés aux étudiants (je mets qualité entre quillemets, because il me semble y avoir un côté qualitatif dans cette épreuve que je trouve franchement sympathique).