lundi 3 décembre 2007

Réseau de concepts

Partager

Charles-Antoine en parle depuis longtemps. Comme il est toujours de bon conseil, j'ai commencé à en faire avec les étudiants.

À la première plonge :
L'élève : "Madame, j'ai plus de place sur ma feuille !"
Missmath : "L'important, c'est qu'il t'en reste dans ta tête!"

À la troisième plonge :
Quand je leur propose de faire leur réseau de concepts, les feuilles se tournent immédiatement en mode paysage... c'est déjà ça ! Car ils n'aiment pas ça.

L'élève : Qu'est-ce que j'écris ?
Missmath : Tu fais en fait un résumé de la matière en faisant des liens entre les concepts, vers ce à quoi ils t'amènent.
L'élève : Ouin, ben je ne comprends rien dans cette matière-là.
Mismath : Tu ne comprends rien ? Rien du tout ?
L'élève : Rien.
Missmath : Ok. Sais-tu de quoi parle l'étape ?
L'élève avec une face de Dâh et un ton de "tu te fous-tu de ma gueule" : Ben des complexes.
Missmath : Bien, c'est parti. Écris ça. Ok, maintenant, c'est quoi un complexe ?
L'élève : Ben c'est une patente avec des j.
Missmath : Ok. Ben fais une flèche de "complexes" et écris j dans une autre case. Maintenant, c'est quoi j ?
L'élève : Ben, je ne le sais pas, mais j² = -1.
Missmath : Ben là, ajoute ça ! Fais une flèche de ton j et écris définition : j²=-1.
L'élève d'à côté qui écoute attentivement : C'est pas j = V(-1) ?
Missmath : Ça ne revient pas au même ?
L'élève d'à côté : Ben ouin...
Missmath : Pis tes nombres complexes ont-ils nécessairement des j ?
L'élève : Ben oui.
Missmath : Ok, est-ce qu'ils ont tous que des j ?
L'élève : Ben non, des fois, il y a un nombre + des j.
Missmath : Ah... ben corrige ta définition. Et puis comment s'appelle le nombre qui n'a pas de j ?
L'élève : Ben la partie réelle, pis l'autre c'est la partie imaginaire.
Missmath : C'est bon ça et qu'est-ce qu'on fait avec des complexes ?
L'élève : Ben, des +, pis toute sorte d'affaires.
Missmath : Écris-les.
L'élève : Toutes ?
Missmath : Y en a-tu tant que ça ?
L'élève : Ben tu les veux toutes ou juste celles qu'on utilise ?
Missmath : Qu'est-ce que tu veux dire ?
L'élève : Ben tsé, mettons qu'on veut diviser, c'est plus facile quand on divise les longueurs pis les angles qu'avec les j.
Missmath : Tu vérifieras ta règle de division, je ne pense pas que les angles se divisent.
L'élève : Ben oui, check l'exemple qu'on a "faite". Ah ben non, on les soustrait.
Missmath : Écris tout ça dans ton réseau. Pis en même temps, tu vois, à ta définition de nombre complexe avec les j, tu peux ajouter la définition avec la longueur pis l'angle. Pis tant qu'à y être, ajoute la façon de passer d'une à l'autre. Au fait, comment on l'appelle cette longueur ?
L'élève : Euh c'est-tu ça le module ?
Missmath : C'est ça, pis l'angle s'appelle argument. Sais-tu que pour quelqu'un qui ne comprenait rien, tu en sais quand même pas mal.
L'élève : Ouin, ben c'est l'impédance que je ne comprends pas.
Missmath : Ah ben tiens ! Fais-toi donc une flèche qui dit que les nombres complexes, ça sert entre autre à calculer l'impédance. Pis c'est quoi l'impédance ?
L'élève : Ben je ne sais pas, je ne comprends rien. C'est dans les circuits-là avec des bobines, des condensateurs pis toute.
Missmath : Continue, t'es bien parti !


C'est difficile, car ils préfèrent que le prof arrive avec le beau résumé ou mieux des exemples comme-il-y-aura-dans-l'examen tout faits qu'ils apprendront par coeur, qu'ils ne comprendront pas et qu'ils oublieront dès que l'examen sera passé... Mais peut-être qu'un jour, ils arriveront à faire leurs réseaux de concepts par eux-mêmes... et alors, ils deviendront les plusssses meilleurs au monde !!!




via Florence Meichel

0 commentaires: