lundi 25 mai 2009

Québec - France

Partager

Pour une fois, même constat...








(via Monsieur Marion)

8 commentaires:

Guy Marion a dit...

Même constat : Pas tout à fait,il faut lire tous les commentaires !
(Pas super facile de communiquer de blog à blog ,d'autant moins que ma connexion internet fonctionne en pointillé en ce moment même)
(Mon adresse mel est dans le bandeau de gauche)

Gaël PLANTIN a dit...

Oui, Sylvain, nous l'avait signalé il y a quelques jours.

Criant de vérité, mais très éloigné des discours de rationalisation budgétaire très en vogue...

Blagu'cuicui a dit...

Il est en effet criant de vérité mais peut-être un peut trop dans une logique "réussite pour tous" je trouve ce qui est dangereux aussi.

Il faut un juste milieu pour que les diplôme est une certaine valeur.

Après pour la transmission de savoir de façon égalitaire et pour tous c'est une évidence mais bon c'est loin d'être fait comme il le dit si bien.

Mais pour ma part, je dirai qu'il ne faut pas confondre "Transmission de savoir pour tous" et "Réussite pour tous". Car ce n'est pas parce qu'on transmet à tout le monde le même savoir que tout le monde est capable de l'assimiler car après tout nous sommes tous différents.

Cordialement,

Gaël PLANTIN a dit...

"Réussite pour tous" constitue un objectif honorable si on accepte de le considérer non pas contraint dans une optique scolaire, mais bien dans une optique de vie sociale.

Blagu'cuicui a dit...

Je vous rejoins tout à fait dans ce que j'appellerai un "apprentissage de la vie" pour tous car c'est un minimum je pense que tout le monde est le droit de comprendre un temps soi peu le monde dans lequel il vit et qu'il puisse avoir un bagage culturel minimum pour comprendre la vie pour construire la sienne. Ce qui rejoins un peu une transmission de savoir pour tous je pense.

Mais bon, à force de vouloir contracter les idées en quelque mot, on finit par ne plus gérer leur impact et surtout leur interprétation. D'ailleurs c'est souvent ce qu'on dit:

Il y a trois degré d'interprétation d'un discours (écrit ou oral):

- Celui qui l'a écrit
- Celui qui le lit
- Celui qui se le fait raconter

Alors vous avez tout à faire raison après tout, tout dépend de ce qu'on met derrière "Réussite poru tous". Mais si c'est scolaire, c'est pour ma part une utopie qu'il ne faut surtout pas réaliser (un peu comme Eldorado, il faut que ça reste une idée qu'on peu suivre sans pour autant vouloir l'atteindre :)) à moins de considérer qu'on reparte à zéro ce qui ne sera pas le cas vu que nous avons un passé qui fait ce que nous sommes aujourd'hui.

Gaël PLANTIN a dit...

Ok.

Concernant l'interprétation du discours, votre remarque souligne l'importance, dans notre monde civilisé, de maîtriser la langue écrite et ses subtilités...

Blagu'cuicui a dit...

Très bonne remarque Gaël.

Je me corrige pour les fautes les plus graves que j'ai entr'aperçues dans mon message précédent (avec mes excuses d'ailleurs):

- "je pense que tout le monde *ait* le droit de comprendre un temps *soit* peu le monde dans lequel il vit "

- "Ce qui *rejoint* un peu une transmission de savoir pour tous je pense."

- "Il y a trois *degrés* d'interprétation d'un discours"

- "Réussite *pour* tous"

- "une idée qu'on *peut* suivre sans pour autant vouloir l'atteindre"

A l'avenir, je prendrai plus garde à ce que j'écris surtout lorsque je parle d'interprétation de discours alors que le mien est criblé de fautes d'orthographe, de conjugaison ou de grammaire ;). après tout savoir se remettre en question est formateur :).

Cordialement,

Gaël PLANTIN a dit...

Je ne visais aucunement la forme de votre message, mais bien son contenu de fond...