vendredi 18 juin 2010

Tutorat : citation célèbre

Partager

J'ai croisé hier une de mes anciennes étudiantes maintenant diplômée en statistique. Elle a travaillé ces dernières semaines comme tuteure en mathématique pour une compagnie de soutien scolaire qu'a montée un autre de mes anciens étudiants (diplômé en actuariat).


"J'ai fait plus de cash ces deux dernières semaines en donnant des cours privés que pendant tout mon été comme statisticienne à Statistique Canada."


Houhouhouhouhou...

En y repensant, je me suis dit que dans ma petite ville, il y avait maintenant l'entreprise florissante de mon ancien étudiant, S.O.S. Études et j'ai vu sur la route l'autre jour une voiture commerciale d'une autre entreprise de tutorat à domicile. En ajoutant tous les enseignants, étudiants en éducation et étudiants qui donnent des cours privés de façon autonome, je ne répèterai pas mon indignation, mais ça en fait du monde qui se déplace pour donner aux jeunes ce que l'école n'arrive pas à faire leur offrir.

D'où vient ce si grand besoin ?
Des programmes ? De la composition des classes ? De la taille des groupes ? Du manque d'encadrement en milieu scolaire ? De la charge des profs ? De la qualité de l'enseignement ? Des modes d'évaluation qui laissent présager des échecs qui n'en sont pas (ou l'inverse !) ? Pourquoi personne ne s'inquiète ni ne se choque de cela ? Veut-on, comme en France, normaliser cette situation ?

Et puis... si les parents n'arrivent pas à aider leur enfant, comment peuvent-ils juger de la compétence du tuteur qu'ils engagent ? Aux résultats qui arrivent des semaines plus tard ?

(Pensée impure : Il ne faut pas trop en demander, même le Ministère en pénurie d'enseignants acceptent d'engager des profs qui ne sont pas diplômés...)


Justement, Didier présentait un reportage sur les dangers de cette situation de son côté de l'océan.

3 commentaires:

blagu'cuicui a dit...

Tiens j'ai une citation qui m'est venue en lisant ton message:

"C'est en créant un manque qu'on peut proposer de la combler"

L'éducation crée le manque et il y a des gens qui se propose de combler ce manque. La vie est bien fait, non?

Aller courage c'est bientôt les vacances missmaths!!

Missmath a dit...

J'avoue et dans le fond, plutôt que de me choquer, je devrais tout simplement entrer dans le moule. Je trouve ça par contre injuste pour ceux qui n'ont pas les moyens de s'offrir ce service.

Ah, les vacances. Diable, elles sont à peine commencées que j'ai l'impression qu'elles finissent déjà.

Blagu'cuicui a dit...

Je n'ai pas dit que c'était juste.

Mais à force de répéter quel e niveau baisse, que les élèves sont de moins ne moins compétent, qu'on n'a pas assez de temps pour faire tout le programme.** Et bien on fini par créer le manque chez les parents consciencieux mais incapable d'aider leur gamins d'aller chercher de l'aide quelque part pour palier au problème justement. Je ne cautionne pas mais je comprend ne quelque sorte le désarroi de parents consciencieux (après ils ne le sont pas tous car certains en France utilisent le recours au cours particulier pour obliger leurs gamins à bosser ou simplement pour savoir où ils sont durant cette heure là tout simplement ce qui est encore pire mais bon).

**Tout ceci est vraie je ne le remet pas en cause (moi même hélas le martelant aussi de temps en temps pour motiver les troupe à ne pas rester sur leurs acquis justement!)

Dans un film, j'ai vu une réflexion qui m'avait touché en quelque sorte: "il suffit dès fois d'envoyer des pensées positive pour que les choses changent". ET l'exemple était fait sur un commentateur sportif qui passait sont temps à dénigré tous les sportif et surtout l'équipe locale de basket. Et un jour, on lui propose de changer durant une semaine et de se mettre non plus à casser du sucre sur le dos des joueur mais simplement d'être ultra positif/optimisme en relevant les meilleurs choses de tous ces sportifs. Il s'avère qu'avec un meilleurs soutient ceux-ci on finit par reprendre confiance en eux. Certes c'est un films et certes c'est un peu mielleux comme exemple mais ce que je pense vrai c'est la chose suivante: "à force de répéter que tout va mal les gens s'en convainc et cela peut importe la véracité des faits ou la motivation de ceux-ci". C'est ainsi par exemple qu'on arrive à complètement brisé un gamin en lui répétant que c'est un raté toutes les semaines. Et bien là c'est un peu le même principe en quelque sorte, les ondes négatives sont partout autour de l'école alors que malgré tout certaine chose tourne et tourne très bien. Vous nous en avez montrer de beaux exemple Missmaths avec des films, des initiatives de jeunes, du dialogue, de superbe cours, ... Pourquoi n'y a-t-il que l'aspect négatif qui est véhiculé au grand public? Mystère.... ou pas.