Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages du février, 2010

Semaine de consolidation des études

Le palier de décompression lors d'une plongée L'accumulation de neige au milieu d'une pente glacée en ski Le plat entre deux grosses côtes à monter à vélo Le belvédère lors de la montée d'un mont Le trou normand au milieu d'un trop copieux repas Le jour de soleil entre deux semaines de camping sous la pluie L'averse au coeur de la canicule L'aurore boréale au milieu de la nuit Le coup de vent dans le dos qui permet de rattraper son retard en canot La traversée de la frontière Ontario-Québec lors d'un trajet Ottawa-Montréal Le chocolat chaud précédant le retour d'une randonnée en raquettes La semaine où le temps file enfin normalement.

Adieu...

' Demain, j'annoncerai officiellement à mes étudiants de calcul avancé, mes étudiants qui ont des iphones, des cellulaires, des calculatrices, des portables, qui sont toujours branchés, je leur annoncerai officiellement que pour leur examen, ils n'auront droit à aucune calculatrice. Pas de calculatrice à affichage graphique. Pas de calculatrice scientifique. Pas de calculatrice. De quoi écrire, corriger et c'est tout. Un retour en arrière ? De l'éducation -2.0 ? Ha ! Je ne veux pas vérifier si ces futurs ingénieurs savent appuyer sur les bons boutons comme des bêtas, je veux vérifier s'ils sont capables de réfléchir jusqu'à espérer faire Génie ! Savent-ils être créatifs devant un problème de mathématique ? J'ai tâté le terrain aujourd'hui, j'ai reçu des regards assassins des étudiants. J'ai aimé. Je songe à me dessiner des spirales rouges sur les joues lors de la surveillance de l'examen pour leur faire comprendre que ce n'e

Prorogation

Aujourd'hui, 15 février 2010, je déclare officiellement que, dans mon combat contre la société, je m'incline. Elle a gagné. Dorénavant, les fins de semaine seront prorogées. Il faut se rendre à l'évidence, l'école est pour la majorité de nos étudiants un travail au même titre que leur travail rémunéré. Ils travaillent très fort en classe où ils sont tenus d'être présents, mais en dehors des heures de classe, plusieurs, j'oserai même dire la plupart, gardent des habitudes d'employés, que dis-je, de travailleurs d'usine libérés par la sirène annonçant la fin du quart de travail. Il faut leur faire des discours de "motivation" à la Jean-Marc Chaput pour leur faire réaliser que, "clisse", à l'école, ils sont leurs propres employeurs, qu'ils sont en quelque sorte des travailleurs autonomes au développement de leurs compétences et que ces compétences reposent sur des connaissances et des savoirs qu'il faut consolider à l

Équation du jour

Métamorphose du chat

Source : XKCD.com

Je ne serais donc pas seule ???

C'est Nathalie Houlfort, un professeur à l'ÉNAP qui présente aujourd'hui les résultats d'une enquête qu'elle a menée auprès de 2 400 professeurs du Québec membres de la Fédération autonome de l'enseignement qui ne prévoient pas prendre leur retraite dans les 5 prochaines années. Son enquête démontre que 19 % des professeurs, soit près d'un prof sur cinq, aurait un état de santé mentale moyen ou médiocre. Dans la population en général, ce taux serait de 8,1 %. Autre statistique inquiétante : 23 % des professeurs interrogés (qui rappelons-le ne sont pas à moins de 5 ans de la retraite) songent à quitter l'enseignement. Pourtant, la majorité d'entre eux sont passionnés par l'enseignement. C'est la surcharge de travail et la gestion de classe qui minent leur équilibre mental. L'obligation d'apporter du travail à la maison les soirs et les fins de semaine pour être à jour, l'agenda trop rempli lors des journées pédagogiques e

Même pas peur

Dans ma vie de tous les jours, souvent dans la même classe, je côtoie des baptistes, des musulmans, des athés, des hétéros inséparables, des gais fiers, des collectionneurs de conquêtes d'un soir, des heavy-metal, des ballerines, des sportifs intensifs, des obèses boulimiques, des geeks, des glandeurs, des militaires, des anarchistes, des gothiques, des tatoués, des percés, des leggings, des tailles basses avec le string bien en vue, des pantalons baggy avec le boxer bien en vue, des décolletés plongeants, des cols roulés, des défenseurs des droits sociaux, des écolos, des égocentriques, des amateurs de club Med, des économes, des dépensiers, des conformistes, des idéalistes, des rêveurs... ... alors les allégeances politiques, pfffffffff... Maintenant, soyons sérieux. Si vous rejoignez les rangs d'un parti uniquement pour l'effet que ça produit autour de vous et non pour son programme ou ses idées, ce n'est pas vous, mais votre imbécillité qui fait peur. N

Pensée impure

Si c'eût été à mon école, j'aurais fini ma correction et j'aurais un bien plus joli laboratoire à proposer demain... Source : Cyberpresse.ca