Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages du avril, 2011

Cauchemar personnel

Parmi les choses que tout le monde sait, mais que je ne sais pas, que je n'arrive pas à apprendre, il y en a deux qui se démarquent : - Je ne sais pas lire l'heure - Je suis nulle de chez nul en calcul mental Ah... c'est étrange pour un prof de maths, me direz-vous. (On me l'a dit 1000 fois.) Eh bien non. Je fais des mathématiques, pas de la comptabilité. Voilà que Clockus de Ji Hun Noh a créé ce "jouet" cauchemardesque : une horloge calcul mental. Une horreur. Pour obtenir l'heure, vous devez répondre à une question de calcul mental (+, -, x ). Pour les vrais, il est possible de mettre l'horloge en mode 24 h. Cette chose n'est vraiment pas faite pour moi. Source : Ji hun Hoh

Orange électrique

Je ne sais pas pourquoi, mais un de mes anciens étudiants a pensé à moi en voyant cette publicité. J'comprends pas !

Les fichiers joints aux courriels vides...

Cantat et Mouawad : Ça sert à ça, la philo

"Je t'écris, malgré tes trois ans, tant est grand le besoin de m'adresser à toi pour te raconter comment le silence a su me garder. Ces mots te parviendront plus tard. Aujourd'hui, où tu t'extasies dès lors que tu aperçois un toboggan, tu ne te soucies que de jouer. Le matin tu me reconduis à la porte me disant: «Papa au théyatavec Antigogne Éclèt et Dézanil». T'écrire, c'est conjurer la peur que j'ai de mourir avant d'avoir eu avec toi quelques conversations. La vie est faite pour parler infiniment avec ses amis et quelques fois avec ses parents. Une seule conversation avec son père peut agir comme pont et comme ravin. Traverser pour se libérer. C'est peut-être cela un père: pont et ravin. N'être qu'un pont, c'est empêcher le ravin, garant de liberté; n'être qu'un ravin c'est empêcher sa traversée et retenir l'enfant sur sa propre rive. Considère alors cette lettre comme l'ombre de la conversation que nous aur

Finaux universitaires...

... version étudiante.

Vous êtes ici - Prise 2

Lors de la première prise, on m'avait demandé de publier la carte dans un format utilisant une police vectorielle, ça n'a pas été simple de trouver un logiciel me permettant de le faire, mais grâce à un dévoué collègue de géomatique, c'est fait ! Vous êtes ici

Le pouvoir des mots

Eh les gars ! Vous qui regardez l'école de l'autre côté de la rivière avec envie parce qu'elle offre le même programme que nous sans obliger de cours de français ou de philo, regardez plutôt ceci. - Ben là, Madame, c'est quoi le rapport avec la philo ? Pfffffffffff...

Bibliothèque de Strahov - Mauvaise idée

Après les magnifiques vues de certaines villes en haute résolution (Londres, Paris, Dubaï), voilà que l'on s'intéresse maintenant aux intérieurs. Voici une photo de 40 Gigapixels de la magnifique bibliothèque de Strahov , à Prague. La photo est suffisamment précise pour que l'on puisse lire le titre des volumes des côtés. Je ne comprends pas, cependant, pourquoi on n'a pas fermé aux visiteurs l'accès à la bibliothèque le temps de la photo. Enfin, allez voir ça, vous en aurez les jambes coupées !

Le temps passe...

C'est Olivier qui a réveillé ce matin chez moi cette nostalgie en publiant une photo de sa première calculatrice programmable. Ça m'a donné le goût de faire de même et de constater que le temps passe, mais que je demeure tout de même assez fidèle à mes calculatrices (programmables). Voici celle sur laquelle j'ai fait mes premiers programmes : Remarquez le charme de ses boutons carrés et surtout, surtout, le bouton "arc" pour aller chercher les fonctions trigonométriques inverses. Ensuite, au secondaire, j'ai eu la chance d'avoir celle-ci : Ce qui était bien, c'est qu'on pouvait y mettre plusieurs programmes à une époque où les profs du secondaire ignoraient que les calculatrices pouvaient être programmées. C'est alors que sont entrés à la maison les premiers ordinateurs. Le Commodore Vic 20 : Le Vic 20 nous a permis d'apprendre le BASIC. Puis, mon frère, joueur de jeux vidéo avant l'heure, nous est arrivé avec ceci :