Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages du octobre, 2008

Coup de coeur au travail

. Cette année, pour la première fois, pour des raisons que je ne saurais expliquer, peut-être un remord de nous obliger à participer à la journée Portes ouvertes dimanche, le Cégep a décidé de nous offrir trois journées sans cours. Nous sommes à 5 semaines de la fin de la session. Le temps où le peu d'avance que l'on avait est épuisé (enfin, je parle pour ceux qui en ont, moi je pourrais me mériter un doctorat en Travail sous pression dans la catégorie Dernière minute), le temps où le sprint de fin de session s'annonce. Trois jours. Pas une semaine. Trois jours. À la session d'hiver, nous avons une semaine de consolidation des acquis . C'est le terme politiquement correct pour cette semaine de relâche qui, suite aux négociations syndicales, coïncide avec la semaine de relâche du primaire et du secondaire. Tout le monde est alors en vacances... euh je veux dire en consolidation des acquis . Placez une réunion, une rencontre pendant la semaine de relâche

Billet insipide

. Lundi, en fin de journée, j'ai passé l'aspirateur dans ma poubelle-voiture en sandales et en t-shirt. Le lendemain, mardi, bottes, tuque et mitaines : il neige. À croire que la météo s'est prise pour le Dow Jones. .

It's a small world after all

Caroline Irby du Guardian a colligé les témoignages de 200 enfants vivant en Grande-Bretagne, mais nés de pays différents. Il n'y manque que 7 pays. Bien sûr, il ne s'agit que de cas particuliers, mais ça permet de réaliser à quel point la planète est petite, combien la culture est déterminante et combien le respect de la différence importe.

Votre univers est-il si plat ?

Travaillant les bases et les dimensions, j'ai présenté ceci à mes étudiants. Inutile de vous dire que ce petit 5 minutes permet de se recentrer dans le cours. Après la pause, on s'est offert ceci : Faut-il absolument voir pour croire ?

Apprentissage fractal

Est-il normal qu'une matheuse soit cartésienne ? Je ne le sais pas. J'avoue qu'avec l'expérience, je le suis de moins en moins dans la préparation de mes cours. Je ne crache pas sur cette idée d'éducation fractale que résume bien Gaël Plantin , mais franchement, entre fractal et chaos, il y a un pas qu'il ne faut pas franchir ! Weby s'arrache les cheveux dans son cours de mathématique. La calvitie n'étant pas trop à la mode chez nos ados, elle met son orgueil de côté et vient me parler maths. "Je ne comprends rien." Je regarde ses notes de cours. Deux pages manuscrites seulement. Les photocopies sont rationnées au secondaire. Elle a recopié des graphiques minuscules, quelques noms, quelques équations. Brièvement, elle savait déjà placer des points sur un graphique cartésien, maintenant, on lui donne un tableau de valeurs et elle doit déduire l'équation de la fonction. Évidemment, on lui dit ce qu'est une fonction, une fonct

Math en jeu

' Le jeu en ligne Math en jeu produit par l'équipe du SMAC de l'Université Laval est certainement intéressant. Le joueur choisit un personnage et la durée d'une partie, son but est de réussir à répondre à plus de questions mathématiques que ses adversaires. Les adversaires peuvent être choisis aléatoirement parmi les participants, mais des salons peuvent aussi être crées pour jouer avec ses "vrais" amis. À l'inscription, le joueur donne son niveau (Secondaire I à V), à l'ouverture de la partie, il sélectionne son personnage et le niveau de difficulté des questions. Il ne lui reste plus qu'à se déplacer pour ramasser des objets, mais pour bouger, il faut avoir la bonne réponse à la question et plus vous voulez aller loin, plus la question sera difficile. Les pas de géants sont pour les géants en maths ! Je me suis inscrite en mentionnant un niveau secondaire 1... le niveau fafabébé... eh bien les questions ne sont pas si "fafa"

Mali - Canada

. Ou quand les feuilles d'érable nous donnent le goût de réviser nos drapeaux... ... et d'apprendre enfin la géographie de l'Afrique.

Parents-roi

Un beau texte de Madame Unetelle découvert via la mégère de cuisine. Le parent-roi, une créature éduquée pour choisir et être libre, est devenu esclave de ses choix. Il doit choisir pour tout, tout le temps.–Voulez-vous connaître le sexe de votre bébé? Ferez-vous baptiser le petit? Portera-t-il votre nom ou celui de son mari? Et ses couches, lavables ou jetables? Le parent-roi éduque ses enfants dans une société où les contradictions abondent, ce qui rend ses choix plus difficiles encore. Doit-il acheter un cinéma-maison ou adhérer à la simplicité volontaire? Écouter l’Association des pédiatres du Québec et faire la guerre aux germes avec du Lysol ou opter pour des produits nettoyants biodégradables? Choisir est dans sa nature. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il allait aussi être responsable de ses choix et, par extension, de son bonheur, sa santé, ses finances, sa retraite et même sa santé mentale. Il choisit. Il assume. Il le fait non seulement pour lui, mais pour ses enfants. I

Dimanche au Lac Meech

Pour que je me lève aux aurores, il faut vraiment que ça en vaille la peine. L'été indien a cependant des arguments massifs. Trop de nuages ce matin pour faire éclater les couleurs... mais bon, je ne me suis pas tout de même pas tout à fait levée pour rien.

Élégance mathématique

- On a donc x = 5 - 2k. - Euh, Madame, d'où il vient le 5 au début ? - Regarde, j'ai juste mis mon 5 en premier pour que ce soit plus joli. - Ah oui, ok, je vois. - Vous savez, l'ordre des termes n'a aucune importance, mais il y a tout de même une façon de les placer pour que ce soit plus joli. C'est comme pour vous, les gars, quand vous êtes avec votre blonde ou votre chum, pensez-y toujours : l'ordre dans lequel vous vous déshabillez n'a pas vraiment d'importance, mais c'est tellement plus "winner" si vous enlevez vos bas avant d'enlever votre pantalon, croyez-moi. En maths, c'est pareil, il est plus élégant de placer les termes positifs au début. Qu'on vienne dire après que les cours de mathématique ne sont pas utiles dans la vie de tous les jours !

Enseigner à personne

On traiterait avec raison de taré un prof qui entrerait dans une telle classe vide et y donnerait pendant trois semaines son cours. C'est pourtant ce que j'ai fait. Pendant trois semaines. Pas totalement tarée, la Miss, il y avait tout de même à chaque cours 64 yeux qui me regardaient, 32 mains qui notaient mes enseignements. Car hélas, n'ayant pas trouvé mieux, n'ayant surtout pas le temps de chercher mieux puisque trop occupée en génie électrique à tout rebâtir, j'enseigne en sciences de la nature. Un cours comme l'aimerait les Parizeau-Facal-Landry. Rigoureux, sévère, théorique, formelle et surtout toujours magistral. Ouvrez votre tête, les petits, que j'y verse mon savoir. Les étudiants de sciences de la nature sont habitués à cela. Ils le réclament même. Les activités d'apprentissage les ennuient, de la perte de temps diront-ils. Mais voilà, je n'y étais pour personne. Résultat de la première évaluation sommative. Une moyenne cor

Application quadratique

Admirant le point de vue appuyé à la balustrade de son balcon du 20e étage, à 70 mètres au-dessus du sol, Roger, hilare, échappe son dentier. Il est 19 h 34. À 19 h 30, une prof de math mesurant 1,63 m et ayant un poids proportionnel à sa taille marche sur le trottoir à une vitesse constante de 5 km/h. À 19 h 34, la distraite matheuse se trouve précisément à 5,2 mètres du point de chute de la prothèse dentaire et se dirige précisément et directement vers celui-ci. Sachant que la prof de math n’a aucune conscience de ce qui se passe et donc qu'elle ne changera rien à sa trajectoire ni à sa vitesse, marchera-t-elle sur le dentier tombé par terre ? Le dentier tombera-t-il derrière elle ? Recevra-t-elle le dentier sur elle ? On supposera que le dentier est incassable, on négligera la résistance de l’air et du vent et on supposera également que son impact au sol ne le fera pas rebondir. ________________________________________________ Le pire dans tout cela, c'est de v

Chers petits chtins

... - Le reste, c'est du travail d'ingénieur : vous "ploguez" dans la formule et vous avez votre résultat. - Madame, pourquoi vous vous moquez toujours des ingénieurs ? Moi, j'aimerais bien devenir ingénieur. - Mais mon cher François, je te souhaite de devenir ingénieur et quand tu auras ta première paie d'ingénieur, viens me voir, je te montrerai ma paie et là, tu vas voir, ce sera à ton tour de rire.