Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages du août, 2011

Minute de silence

Cet après-midi, alors que débutait les funérailles de Valérie, le Cégep s'est arrêté pour une minute de silence. C'était au tout début de mon cours. J'ai regardé mes étudiants. Certains avaient leur calculatrice, leurs notes. Pour donner l'exemple, moi qui installais ma tablette, je me suis reculée au mur loin de tout et je me suis recueillie. Pendant cette minute, une dame a marché dans le corridor. Un étudiant est entré calmement et est venu s'asseoir. Quand la minute a été écoulée, je me suis assurée que ça allait et j'ai donné une leçon que j'espère ne plus jamais avoir à redonner en classe : "Quand une communauté garde une minute de silence, par respect, on arrête tout, on ne marche pas et même si on est en retard, on s'arrête, pour une minute." Ça fait en effet partie des choses qu'on n'apprend généralement pas à l'école. Pour plusieurs d'entre nous, depuis le début de la session, nous avons appris

Meurtre dans ma cour

- Avez-vous le goût d'en parler ? Silence de lendemain de Polytechnique.

M'entendez-vous ?

' On apprend obligatoirement le français. On apprend obligatoirement l'anglais. On apprend de plus en plus l'espagnol. La majorité des jeunes vivent avec des écouteurs aux oreilles. L'espérance de vie des Québécois progresse. Il n'existe aucun traitement médical pour remédier à la surdité des personnes âgées si ce n'est que d'avoir recours à des prothèses auditives. Déjà, êtes-vous toute ouïe ? Alors, si la grande majorité d'entre nous est condamnée au silence, pourquoi diantre n'apprend-on pas obligatoirement le langage des signes à l'école ? Les choses évoluent. Pourtant, hélas, je n'entends toujours rien aux dialogues de sourds.

Sans tambour ni trompette

Le grand plaisir de Maxime était de faire entrer sa voiture dans ma classe... pendant mon cours. Choquant ! Dérangeant ! Pas du tout. Quand la porte de ma classe est ouverte, mon cours appartient au programme. Je n'enseigne qu'aux étudiants de première année. Quand les finissants font entrer leur bolide dans la classe, c'est une façon très TGÉ de "télécommuniquer" avec eux. Les nouveaux qui commencent à peine à programmer admirent les finissants et se disent qu'eux aussi, dans deux ans, ils réaliseront des projets qui sauront épater les prochains débutants... ... qui faute d'inscriptions, nous viendront probablement de l'étranger... ...et qui n'en reviendront pas de ce programme de zouf où l'on tutoie même les plus vieux profs et où, dans les corridors, il faut faire gaffe de ne pas trébucher sur ces petits robots qui se promènent. (Les amateurs de jazz comprendront par le titre de ce billet l'orth

Pierre de Fermat

Dans la folie de ce début de session où la recherche de profs de mathématique semble être aussi éprouvante que la quête de l'or, voir le logo de Google fait un bien fou. Hélas, je n'ai pas assez de place dans la marge pour présenter Pierre de Fermat .

Kaléidoscope cartographique

Connaissez-vous le test de Rorschach ? Utilisé en psychologie, ce test inventé en 1921 par le psychiatre suisse Hermann Rorschach vise à déterminer la personnalité des sujets en leur demandant d'interpréter des taches symétriques d'encre. En voici une version plus terre à terre. La monture du hérisson Dos à dos, les marmortes écrapoues Censure royale Taille de guêpière La toile de la veuve noire Si vous connaissez un peu le lieu, vous reconnaîtrez sur cette dernière image une vue aérienne de mon lieu de travail. La photo prise sur Google Maps est juxtaposée à trois images miroirs pour générer la symétrie à la mode Rorschach. Des rorschmaps. Mais ce qu'il y a de plus joli, c'est que le site rorschmap.com déplace ensuite les images pour créer un effet de kaléidoscope. De mon lieu de travail, on sombre vite dans l'ennui des forêts, mais essayez en partant de Paris.