Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages du 2012

Illusions anamorphiques

Occupation double

Ça continue dans cette session de zouf que personne n'ose encore dénoncer.  Ça viendra ici, croyez-moi, ça viendra.  En attendant, pour les curieux, voici un instant de répit croqué dans la course effrénée pour arriver à la fin du monde en même temps que tout le monde. " Dieu fait toujours de la géométrie ", disait Platon.  Eh bien, il n'est pas le seul ! 

Analphabétisme

Selon la Fédération pour l'alphabétisation , l' Enquête internationale sur l'alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA) conclut que 49 % des Québécois, âgés de 16 à 65 ans, ont des difficultés de lecture. Un Québécois âgés de 16 à 65 ans sur deux. Incroyable, n'est-ce pas ? Évidemment, ces personnes ne sont pas dans mes classes. On n'a qu'à penser à combien il est essentiel de savoir lire des textes et des informations pour réussir les examens de français, d'histoire, de mathématique ou de science au secondaire pour nous convaincre que nos étudiants qui ont obtenu leur D.E.S. ont forcément développer leur compétence en lecture. C'est donc très rapidement que nous voyons les tableaux en statistique, surtout dans ce cours que j'offre aux étudiants en technique de gestion de deuxième année, on ne fait que rappeler les règles méthodologiques des tableaux dans la rédaction d'un rapport (titre complet centré, identificatio

Citation célèbre

Donner la nature et l'échelle de l'indicateur et donner une représentation graphique correcte de sa répartition. Indicateur : Sexe d'un élève Réponse d'une étudiante : Le sexe est qualitatif discret à échelle d'intervalles.  Il peut être représenté graphiquement avec un diagramme à bande.

L'effet placebo

Bien sûr, les échanges commerciaux ont contribué au développement du calcul. Mais c'est sans doute en levant son regard vers le ciel que la mathématique s'est éloigné de la comptabilité pour entreprendre des échanges divins. Pourquoi les humains étaient-ils si fascinés par l'astronomie ? Pour sa beauté ? Pour son immensité ? Pour la richesse des perséides ? Pour organiser des sorties à la pleine lune ? Nenni. L'intention était purement nombriliste : prévoir. Prévoir le temps. Prévoir les saisons. Prévoir l'avenir. Astronomie, astrologie. Heureusement, grâce à la démarche scientifique, l'astronomie est désormais prise au sérieux et l'astrologie n'est plus qu'un divertissement. Heureusement... Demandez à Monsieur ou Madame Tout-le-monde de vous nommer 3 constellations. ... Demandez à Monsieur ou Madame Tout-le-monde de vous nommer 3 signes du zodiaque.  La réponse viendra facilement. N'y a-t-il donc que les sceptiques qui

Cégep : Leçon de vie

Ce texte de mon collègue Guy Ferland a été publié dans La Presse .  Ceux qui côtoient nos jeunes le savent, mais ceux qui n'ont pas notre privilège mérite qu'on leur rappelle ce que font nos jeunes au Cégep en 2012. Il est 7h45, un samedi matin de septembre. Des milliers de jeunes, de 17 à 21 ans, se pressent aux portes du cégep, un sac sur le dos ou des livres à la main. Ils sont beaux, pleins d'entrain et résignés à assister à des cours par une belle matinée de week-end. Quel courage! La plupart d'entre eux n'ont pas pris part aux manifestations. Ils ont appuyé la grève ou non. Mais ils sont solidaires, sans réelle rancune, les uns envers les autres. Pas d'affrontements entre les verts et les rouges. Encore une fois, les jeunes nous donnent une leçon de vie et de démocratie. Plusieurs commentateurs auraient aimé qu'il y ait de la bisbille, des escarmouches et peut-être même de la violence à la reprise des cours dans les cégeps e

Mathématiques secondaires

Il est assez réconfortant, lorsque l'on s'insurge contre le programme de mathématique du secondaire, de constater que l'on n'a pas tout à fait tort. En début de session, j'ai demandé à mes étudiants de dessiner comment ils voyaient un cours de mathématique.  Les résultats sont chaque fois assez tristes, mais cette session, alors que tous mes étudiants proviennent du renouveau pédagogique, la tendance est claire. Il ne faut pas de longues études de psychologie pour réaliser que les mathématiques noient dans une mer d'incompréhension, de formules, de recettes à appliquer et que les cours se résument à des exposés magistraux. Triste, triste, triste. Mais où est le renouveau ? Où est ne serait-ce que l'ombre d'un peu de plaisir à faire des mathématiques ? Quel gaspillage.

Statistiques éthiques

Lionel, 65 ans, fumeur sédentaire, se présente à l'urgence avec des problèmes cardiaques.  Il doit être opéré d'urgence. Léonie, 87 ans, arrive à l'urgence avec une hanche fracturée.  Elle doit être opérée d'urgence. Nicholas, 21 ans, polytraumatisé, arrive à l'urgence avec poumons perforés, moelle épinière sectionné.  Il doit être opéré d'urgence. Une seule chirurgie peut être faite. Donner la procédure permettant de déterminer qui devrait être opéré. Que croyez-vous qu'ont répondu à cette question des jeunes de 20 ans ? Que répondriez-vous ?

Point de G

Exception faite des groupes d'étudiants que l'on a rencontrés auparavant, on se présente à la première rencontre de nos nouveaux groupes avec un gros point G. G pour généralité.  Les grands postulats.  D'aucuns diraient «préjugés». On fait le point sur ces étudiants à qui s'adresse le cours, sans les connaître, sur des généralités. Au fur et à mesure que la dynamique du groupe s'installe, le P (situation particulière) vient donner de la couleur et modeler le G, en ajoutant des exceptions à la règle, en changeant la règle. Nous planifions nos cours avant de rencontrer nos groupes.  Enfin, le verbe « planifier » prend un sens différent ici d'une personne à l'autre.  Certains de mes collègues ne se sentent prêts à rencontrer leurs groupes que lorsque le contenu et les supports de leurs cours sont prêts jusqu'à la mi-session.  D'autres commenceront la session en n'ayant en tête que la planification des grandes étapes du cours notées au plan de

La majorité silencieuse

Aujourd'hui, c'est jour d'élection au Québec. Crashcourse pour nos lecteurs étrangers qui ne connaissent rien à notre système électoral : - Il y a 20 partis politiques au Québec. - La carte du Québec est partitionnée en 125 circonscriptions. Dans chacune d'entre elles, les représentants des partis politiques se présentent. Il est possible que certains partis n'aient pas de représentant dans certaines circonscriptions. - Le jour de l'élection (ou par anticipation), la population est appelée à voter, c'est-à-dire à choisir le représentant (et par conséquent son parti) ou le parti (et par conséquent son représentant) de sa circonscription. - Le soir de l'élection, les votes sont compilés et sont élus députés dans chacune des circonscriptions le représentant ayant reçu le plus de votes. - Le gouvernement au pouvoir est ensuite composé du parti ayant élu le plus de députés. Le chef de ce parti (habituellement élu) devient premier ministre et

Fermeture définitive

Les plus fidèles de cette adresse le diront : - Ah... il n'y avait tellement de silence du côté de Missmath, on le savait bien qu'elle s'apprêtait à tirer sa révérence. Eh bien oui, j'annonce la fermeture définitive, non pas de ce tremplin de réflexions et d'échanges avec vous qui me tenez à coeur et surtout "à tête", mais à plusieurs activités qui me préoccupent et m'éloignent d'ici depuis deux ans, mais plus intensivement cette dernière année, cette dernière session. Je dois avouer que c'est en rougissant et non sans émotion qu'en tentant d'effacer le retard colossal dans les lectures de vos pages que j'aperçois vos clins d’œil.  Chez mon très cher Prof masqué .  Chez ma très chère consœur Sonia qui est venue de ce côté de l'océan et qu'il m'aurait tellement fait plaisir de recevoir. Alors que nos tâches nous donnent l'honneur de rencontrer plus d'une centaine d'étudiants chaque année, j&

Requiem pour une session

Après 7 semaines de grève et une semaine de chahut sous injonction, avec 18 votes seulement de majorité, l'assemblée étudiante a choisi la reprise des cours.  In extremis , puisque quelques heures plus tard tombait la loi spéciale 78 suspendant la session des établissements encore en grève. La direction du Cégep, soulagée, nous a concocté un remaniement du calendrier scolaire pour rattraper toutes les heures de cours perdues.  L'horaire régulier, de 8 h à 18 h le jour, des blocs de cours ajoutés le soir et les fins de semaine et tout ça en étirant la session d'un mois.  Voilà, la session était sauve. Fiou... on répond aux exigences du MELS.  La session sera sauve. Les étudiants, les enseignants ont adopté sans trop hurler ce calendrier.  Y avait-il de toute façon d'autres solutions possibles ? Les étudiants ont repris la session avec diligence.  Ils nous sont arrivés, politisés et engagés et motivés comme jamais.  J'oserais même écrire qu'ils se sont mie

Citation célèbre

J'en ferais volontiers le pari : les problèmes de l'école tiennent bien plus à celles et à ceux qui la pensent qu'à celles et à ceux qui la font, entre autres, parce que ce sont les personnes qui la pensent qui forment celles et ceux qui la font. Normand Baillargeon

Silence, on parle

Les casseroles

Le Droit à la propagande haineuse

Quand les amuseurs publics émettent leurs opinions, ils n’engagent qu’eux et s’ils exercent une quelconque influence sur ces gens qui les lisent ou les écoutent, d’autres, moins influents hélas, peuvent aisément à coups d’argumentation, chasser les sophismes de leurs opinions.  Nous en avons eu de beaux exemples, dont le croustillant Argumentation 101 de Normand Baillargeon.  Là où par contre les répliques ne viennent pas, c’est lorsque l’on présente les résultats de sondage.  C’est comme si la présentation de pourcentages, l’apparence de rigueur mathématique et d’approche scientifique rendaient les résultats incontestables. Et pourtant… Depuis le début de la grève étudiante, les analyses des statistiques publiées par les grands journaux ont de quoi donner de l’urticaire aux méthodologistes.  Plusieurs ont tenté, même en usant de ruses, d’obtenir des détails sur ces enquêtes en contactant directement les maisons de sondage.  Rien.  Même pas un accusé de réception pour les d

Ils ont voté et puis après.

' Julien veut devenir médecin. Julien a de quoi payer sa scolarité, toutes ses dépenses et vivre très aisément. Julien a payé, il a donc le droit d’aller à ses cours. Aussi quand la majorité de sa faculté a voté pour la grève générale illimitée, Julien s’est dit que c’était bien de leur affaire et qu’il allait profiter d’une semaine de congé pour réviser.   Par contre, après trois semaines, il s’est dit que si un jour il voulait pouvoir soigner la population, il lui fallait une injonction. Cours de chimie.  Rien à voir avec la médecine.  Le prof est nul.  Le cours est plate. Julien échoue, mais ça ne peut pas être de sa faute : il a payé.  Alors, on le fait passer. Plaintes, pétition, évaluation du professeur et du cours et du programme. Le prof est renvoyé et le cours de chimie est remplacé par un autre cours, un autre cours que les étudiants jugent trop difficile que la prochaine cohorte fera supprimer.  Ils ont payé. Sterno-cleïdo-mastoïdien, fascia lata, soléaire. Pourquoi a

Journée de grande fierté

Nous étions pour la circonstance rassemblée dans un gymnase pour une rencontre de tous les enseignants et les enseignantes du Cégep. L'ordre du jour avait de quoi nous terroriser : INJONCTION. Je suis entrée dans le gymnase et à ma grande surprise, cinq représentants du conseil de grève étaient là. Quel bonheur de retrouver Brandon qui, il y a deux jours, planifiait une grève de la faim pour tenter d'attirer l'attention de la ministre. Et le grand Jacob, un vert (pour la hausse et contre la grève) devenu rouge, sans doute le seul carré rouge de technique policière, qui a été pris en souricière par ces futurs collègues et qui continuent de se tenir debout, encore plus droit qu'avant.   "Ne t'en fais pas, Missmath, je vais très bien" , me dit-il. Et voilà nos beaux étudiants qui viennent nous apprendre que, devant une mise en demeure pour le forcer à reprendre les cours, le directeur général qui nous prie de l'appeler Frédéric, a passé la soirée

Double carré

Je ne sais pas combien de temps il me faudra pour pouvoir regarder ce vidéo-reportage sans trembler ni pleurer. Voilà mes étudiants. Voilà mes collègues. Voilà mon amie, ma consoeur Stéphanie avec qui je crie : Ne touchez pas à nos étudiants. La lutte dépasse et de loin la hausse des frais de scolarité. Nous sommes blessés, mais pas brisés .

La grève étudiante - Où sommes-nous ?

L'auteur de ce texte est mon collègue François. Si vous voulez comprendre notre printemps québécois, c'est le texte à lire. Si la situation dégénère , on comprendra aussi pourquoi. *** Les étudiants ne cessent de récolter de nouveaux appuis! Dès le début, plusieurs artistes ont pris position en faveur des étudiants. Malgré les paroles mesquines de plusieurs éditorialistes et chroniqueurs qui, comme des gérants d’estrades, se prononcent sur tout dans la vie même s’ils ne sont nulle part et ne connaissent rien, les étudiants qui vivent la vraie situation défendent leur droit à l’éducation. Leur démocratie à la base consulte tout le monde avant de prendre une décision collective respectant la règle de la majorité. On le voit, c’est un mécanisme qui libère beaucoup d’énergie, de conviction, de créativité, d’abnégation et de confiance. Notre société est bien chanceuse d’avoir une telle relève. Le pouvoir répète que ce n’est pas la majorité qui est en grève, suggérant qu’elle

Puants sales vs Gros boeufs

Alors que les uns crient au scandale devant la brutalité des policiers lors des manifestations étudiantes, alors que d'autres méprisent les étudiants jusqu'à les traiter de puants ou de riches profiteurs, voici ce qui se passe chez nous et peut-être aussi chez vous. Cela n'est certes pas une démonstration , mais néanmoins, c'est une preuve qui réconcilie avec la réalité qui n'intéresse pas toujours les médias. Le 4 avril 2012 Service de police de la Ville de Gatineau Au chef de la police de Gatineau Mario Harel, Ainsi qu’à ses policiers de la section de la circulation impliqués dans l’encadrement de la grève étudiante, Cette lettre vous est adressée de la part du Conseil de grève du Cegep de l’Outaouais. Bien que bon nombre d’entre nous prenons le temps de vous remercier personnellement après chaque action visant à défendre notre opposition à la hausse des droits de scolarité, il nous semble primordial de le faire par voie de communiqué, question que la popula

Un hippopotame, deux hippopotames

Elle avait manqué deux votes, chose que j'avais bien du mal à comprendre. Il y a tant de milieux qui aimeraient avoir le droit de pouvoir s'exprimer que lorsque l'on peut le faire, il faut le faire. Jeudi dernier, Weby me dit comme ça : "J'aimerais bien aller voter demain." Évidemment, je ne pouvais que la féliciter et l'encourager à le faire. "Tu viendrais me reconduire ?" Arrrgggg... Évidemment, il y avait un vice caché ! Le transport en commun dans la région a de quoi décourager le plus grand partisan d'une cause. Je n'allais pas laisser sa flamme vacillante s'éteindre ! J'accepte donc. "Par contre, j'aimerais bien aller faire du piquetage avant, alors on devra partir tôt. Ne te couche pas trop tard. À demain." Euh non. Mes nuits sont blanches, alors mon sommeil est précieux le matin. Désolée. Je ne suis pas fonctionnelle avant 10h, il est hors de question que je me présente au cégep avant 7h san

Ça coule

En fin de semaine, la ministre de l'éducation a enfin rétabli les faits : il n'est pas question d'annuler la session. Cela allait de soi. Elle parle de plutôt allonger la session (ce qui est possible dans une certaine mesure, puisque le Ministère doit respecter les contrats d'embauche du personnel), mais certains établissements sont en boycott depuis plus de 6 semaines. Alors, la perle ministérielle : imposer des cours le soir et les fins de semaine. Ben oui ! Et pourquoi pas nous obliger à filmer nos cours maintenant, dans nos classes vides, et obliger les étudiants à les visionner en accéléré pour gagner encore plus de temps ? Nos étudiants ne sont pas des machines. Ils sont même incroyablement humains.

Printemps érable

Le Québec est riche. Le Québec, c'est de l'eau en abondance, des terres, des forêts, des mines et des richesses inexploitées. Son produit intérieur brut par habitant le classe parmi les 20 pays les plus riches. Le Québec est aussi riche en idées, en créativité, en innovation. La richesse d'un pays repose sur son territoire et sur son peuple. La pérennité de la richesse ne peut donc être assurée que si les priorités de son gouvernement reposent sur trois axes : - Une protection impartiale, assidue et intransigeante de son environnement et la nationalisation de ses ressources naturelles - Un système de santé public, efficace et gratuit quels que soient les soins nécessaires - Un système d'éducation de qualité et gratuit, matériel scolaire compris, de la garderie à l'université. Le Québec ne saura être riche que si son environnement est sain, son peuple éduqué et en santé. Ce blogue se tait sur toutes les questions politiques. Mais quand la sève monte au poin

Le compte est bon

Merci à Arnaud pour cette perle qui n'est pas sans rappeler ce classique :

L'éducation supérieure en Outaouais

Pas besoin d'être de la région pour signer la pétition !

Citation célèbre

Déguisée pour une bonne cause en taxi, après avoir pris Weby et Sophie, je dois aller chercher Mimi chez elle pour la première fois. Comme le GPS ne semble pas connaître sa rue (qui est pourtant une vieille rue (les nouvelles rues ne portent pas le nom d'un saint) dans un vieux quartier), je propose aux filles de regarder sur une carte routière. Cherchant directement sur la carte, je leur propose de plutôt consulter l'index au verso de la carte. Étonnamment, cher Lucien Francoeur, les filles retrouvent vite la rue malgré l'ordre alphabétique, mais elles s'arrêtent. - Oups... On ne connaît pas son code postal. Hein ? Ah, le J19 à côté du nom de la rue, ce n'est pas le code postal, cela correspond à la case où se trouve la rue. Comme un plan cartésien, trouve la ligne J, la colonne 19, la rue est dans cette case. - Ah ! C'est simple. - Ben quin, dans mon temps, tout était simple, dit la vieille qui a un an de plus aujourd'hui !

Pentes, tangentes et kaléidoscope

Mes skis m'appellent. Bonne semaine sans cours.

Diviser en multipliant par l'inverse

Il arrive que certains étudiants ont vraiment beaucoup de mal à manipuler les fractions. Il m'arrive même de dessiner des tartes pour ces jeunes hommes et ces jeunes femmes. La mise sous le même dénominateur se comprend bien lorsque l'on passe par les unités. 2 pommes + 3 pommes = 5 pommes 2 pommes + 3 bananes = 5... euh... 5 fruits, car la pomme est un fruit, la banane est un fruit, donc on avait 2 fruits + 3 fruits = 5 fruits. Après ça, 1 / 2 + 1 / 3 devient 1 demie + 1 tiers = 3 sixièmes + 2 sixièmes = 5 sixièmes. Cependant, pour la division, c'est embêtant. La règle : Quand on divise par une fraction, on multiplie par l'inverse. Pourquoi ? Quel est le sens ? Et puis, j'ai eu un flash tardif. (L'horreur du conditionnement, c'est qu'il éteint la créativité.) Et si on traitait la division comme la multiplication ? Après tout : Si cela facilite les calculs lorsque c est facteur de a et d facteur de b, je ne suis pas convaincue dans les aut