Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages du mars, 2012

Ça coule

En fin de semaine, la ministre de l'éducation a enfin rétabli les faits : il n'est pas question d'annuler la session. Cela allait de soi. Elle parle de plutôt allonger la session (ce qui est possible dans une certaine mesure, puisque le Ministère doit respecter les contrats d'embauche du personnel), mais certains établissements sont en boycott depuis plus de 6 semaines. Alors, la perle ministérielle : imposer des cours le soir et les fins de semaine. Ben oui ! Et pourquoi pas nous obliger à filmer nos cours maintenant, dans nos classes vides, et obliger les étudiants à les visionner en accéléré pour gagner encore plus de temps ? Nos étudiants ne sont pas des machines. Ils sont même incroyablement humains.

Printemps érable

Le Québec est riche. Le Québec, c'est de l'eau en abondance, des terres, des forêts, des mines et des richesses inexploitées. Son produit intérieur brut par habitant le classe parmi les 20 pays les plus riches. Le Québec est aussi riche en idées, en créativité, en innovation. La richesse d'un pays repose sur son territoire et sur son peuple. La pérennité de la richesse ne peut donc être assurée que si les priorités de son gouvernement reposent sur trois axes : - Une protection impartiale, assidue et intransigeante de son environnement et la nationalisation de ses ressources naturelles - Un système de santé public, efficace et gratuit quels que soient les soins nécessaires - Un système d'éducation de qualité et gratuit, matériel scolaire compris, de la garderie à l'université. Le Québec ne saura être riche que si son environnement est sain, son peuple éduqué et en santé. Ce blogue se tait sur toutes les questions politiques. Mais quand la sève monte au poin

Le compte est bon

Merci à Arnaud pour cette perle qui n'est pas sans rappeler ce classique :

L'éducation supérieure en Outaouais

Pas besoin d'être de la région pour signer la pétition !

Citation célèbre

Déguisée pour une bonne cause en taxi, après avoir pris Weby et Sophie, je dois aller chercher Mimi chez elle pour la première fois. Comme le GPS ne semble pas connaître sa rue (qui est pourtant une vieille rue (les nouvelles rues ne portent pas le nom d'un saint) dans un vieux quartier), je propose aux filles de regarder sur une carte routière. Cherchant directement sur la carte, je leur propose de plutôt consulter l'index au verso de la carte. Étonnamment, cher Lucien Francoeur, les filles retrouvent vite la rue malgré l'ordre alphabétique, mais elles s'arrêtent. - Oups... On ne connaît pas son code postal. Hein ? Ah, le J19 à côté du nom de la rue, ce n'est pas le code postal, cela correspond à la case où se trouve la rue. Comme un plan cartésien, trouve la ligne J, la colonne 19, la rue est dans cette case. - Ah ! C'est simple. - Ben quin, dans mon temps, tout était simple, dit la vieille qui a un an de plus aujourd'hui !

Pentes, tangentes et kaléidoscope

Mes skis m'appellent. Bonne semaine sans cours.