Passer au contenu principal

Osé...

Cours de méthodes quantitatives en sciences humaines.

Je squatte pour la première heure la salle multimédia voisine de ma classe garde-robe du siècle dernier (même la lampe du rétro-projecteur a explosé quand je l'ai allumé en deuxième heure, c'est vous dire combien c'est triste). Je présente un cours sur les tableaux et graphiques statistiques. Assez mortel comme cours, mais bon...

Dans cette classe, outre les pipelettes, les dormeurs et les pitounes, il y a un (oserai-je) dérivé de punk. Il n'a pas le squeegee, mais il a tout le reste : les vêtements déchirés, le mohawk, les piercings, les bottes et l'absence de sens de l'humour. Par contre, par ses remarques, cet élève est allumé, intéressé et sérieux. (Soit dit en passant, tous les étudiants que j'ai eus qui se sont démarqués par un style vestimentaire correspondant à ce que les bien pensants appelleraient de la racaille se sont avérés des élèves particulièrement brillants et sérieux.)

Je présente donc un tableau de Statistique Canada présentant l'utilisation d'Internet à la maison depuis 1999. On commence à faire un peu d'analyse des résultats quand tout à coup, mon Bérurier remarque que le tableau ne présentait pas de statistiques sur la pornographie.

"Me semble qu'il doit y avoir beaucoup de monde qui utilisent Internet à la maison pour voir des sites pornos."

La perche était trop belle. J'ai tenté de faire "rentrer" la pornographie dans l'une ou l'autre des catégories présentes : obtenir de l'information médicale, parfaire ses connaissances, chercher un emploi, jouer à des jeux, obtenir de l'information reliée aux sports, voir les nouvelles...

Ça m'a permis de parler du choix de la méthode... mais la question était dans l'air quand même. Quelles sont les statistiques concernant la pornographie sur Internet ?

Alors j'ai pensé à ce clip que mon cher Coyote a publié récemment. J'ai parlé à mon moi-même intérieurement... oui ou non... bof, ils peuvent tous m'en montrer ces petits partouzards, alors j'appelle mon ami youtube et je présente ce clip qui a même réussi, o miracle, à captiver mes pipelettes !




Après la pause, ils chantonnaient tous la petite musique velcro du vidéo.

Commentaires

Monsieur A a dit…
Hmm... je me demande si les chiffres disent vrai...

C'est Pierre Légaré qui disait : "Une personne sur deux croit ce que tu dis lorsque tu appuies un fait à l'aide d'un phénomène mathématique; 75% vont le croire si tu y ajoutes un pourcentage et 95,7% si tu ajoutes une décimale!"
L'ensaignant a dit…
Génial! Je trouverai sûrement le moyen de me servir de cette découverte. Merci.
Missmath a dit…
En saignant : Si tu le fais, tu me diras si tu as eu une petite hésitation avant le clic.

Monsieur A : Les statistiques ne sont fiables que si les sources sont fiables, or, il me semble très clair que cette jolie jeune fille n'est pas fiable ! HA!
Gilles G. Jobin a dit…
Avec une telle présentation, on sent bien que le tableau blanc interactif est déjà obsolète!
Missmath a dit…
Voulez-vous dire, Monsieur Jobin, que vous préférez désormais l'écran tactile ?
Anonyme a dit…
J'ai trouvé un petit tableau
http://www.stevenhumour.com/wp-content/uploads/2009/06/uses-of-google.jpg

dont je trouve représente assez bien ma propre réalité.

Messages les plus consultés de ce blogue

Popboardz pour iPad

Une autre découverte de mon ami Jean-François. Popboardz est une simple application gratuite pour iPad.  Il s'agit en fait simplement d'un gestionnaire de contenu qui offre des fenêtres pouvant contenir des fichiers pdf, des documents, des vidéos, des images, des présentations, des sites Internet. Branché sur un projecteur, cette application permet de naviguer au cours d'une présentation selon les besoins de l'auditoire (ou les humeurs du présentateur). Cela reste bien magistral. Mais lorsque les étudiants s'emparent de cette application pour leur iPad, cela devient intéressant. Mikael a téléchargé l'application.  Il s'est présenté au cours avec dans une première fenêtre de l'application les notes de cours, dans l'autre la vidéo explicative des processus de résolution, dans l'autre la description de la tâche, dans l'autre une photo du tableau qu'il avait prise au cours précédent après avoir demandé des explications p

Arrimage difficile

"Avancez en arrière." Avec l'arrivée des réformés au Cégep, le MELS a décidé que c'était le tour du Cégep de se faire pousser dans sa "logique" du renouveau en moulant nos cours de mise à niveau non pas aux programmes vers lesquels ils mènent, mais en cohérence avec le programme du secondaire. Le Renouveau, en théorie On commence à apprivoiser les trois nouveaux profils mathématiques au secondaire : CST (Culture, société et technologie) : Axé sur la vie sociale, ce profil fera davantage appel à la statistique et aux mathématiques discrètes. On veut préparer les élèves à poursuivre dans le domaine des arts, de la communication ou des sciences humaines et sociales. TS (Technico-sciences) : Pour les « bidouilleux », les manuels, les ingénieux, ce profil met l’accent sur les études de cas, l’aptitude à repérer les erreurs, à établir des diagnostics, à dégager des processus mathématiques liés au fonctionnement ou à l’utilisation d’instruments liés à certa

Nombre curieux

Il y a quelques jours, nous recevions le Congrès de l'Association mathématique du Québec.  Lors de l'un des ateliers, Christian Côté présentait un nombre assez curieux pour qu'il plaise à mon collègue Pierre-Luc et qu'il me charme à son tour. Il se présente sous forme d'énigme. Est-il possible qu'un nombre irrationnel élevé à une puissance irrationnelle donne un nombre rationnel ? Nombre rationnel : Nombre pouvant s'écrire comme le rapport de deux entiers (une fraction quoi). Nombre irrationnel : Nombre qui n'est pas rationnel.  Dâh.  Les irrationnels les plus célèbres sont e, π, √2.