Passer au contenu principal

La dérivée pour les mathophobes

Weby emprunte la précieuse voiture de son père pour se rendre à Montréal.

200 km à faire.

Son père qui tient à sa voiture plus qu'à la prunelle de ses yeux exige qu'elle soit prudente et qu'elle respecte les limites de vitesse. Il lui demande évidemment de lui téléphoner dès qu'elle arrivera à Montréal.

Deux heures plus tard, Weby téléphone à son père pour lui dire qu'elle vient d'arriver à Montréal.

200 km en deux heures, Weby a donc roulé à 100 km/h. Le papa est rassuré.




Bien sûr, il s'agit d'une vitesse moyenne. On n'a aucune idée de ce qui s'est passé dans ces deux heures. Peut-être que Weby est arrêtée faire de l'essence à Vankleek Hill, qu'elle en a profité pour manger, faire la cache qu'il y a dans l'avion déglingué sur le bord de la piste, qu'elle est ensuite allée marcher dans la montagne de Rigaud avant de vérifier ce que la voiture de son père avec dans le corps pour atteindre Montréal.




La vitesse moyenne n'est pas précise.

Ce qui intéresse vraiment les parents de Weby, c'est plutôt sa vitesse instantanée en tout temps.

Comment calculer une vitesse instantanée ?

Très simple, il s'agit de mesurer le déplacement de la voiture sur un très court laps de temps.

La voiture est ici au temps 0.

Une seconde plus tard, elle est 40 mètres plus loin.

Houhouhouhou...

40 m/s = 40 m/s * 60 secondes/min * 60 min/h = 144 000 m/h = 144 km/h.

Un radar routier mesure la distance parcourue par un véhicule en 50 millisecondes.



C'est ça une dérivée. Dans un processus continue, c'est la variation du phénomène (ici la distance) lorsque l'accroissement de la variable indépendante (ici le temps) ne varie pas beaucoup.

La dérivée, c'est, à la limite, la vitesse instantanée.





Sources des images :
1. Blogue de Myriam Ségal
2. L'hebdo Journal

Commentaires

M'sieur SVP a dit…
Bon, je commence à comprendre, mais alors, l'intégrale, c'est ?

;o)
Sonia Marichal a dit…
Ce que je n'ai pas compris, c'est le mode de paiement choisi par Weby pour régler sa contravention ;-)
Missmath a dit…
L'intégrale, c'est l'antidérivée. Tu me donnes ta vitesse et je te dis combien de mètres tu parcourras dans la prochaine nanoseconde !
M'sieur SVP a dit…
Si je perçois l'idée de l'intégrale, cela reste très obscur...

;-(
Anonyme a dit…
Reformulez la dernière phrase s.v.p:
"la dérivée,c'est la vitesse instantanée"
Missmath a dit…
Chhhhhhhhuuuut, Anonyme... il ne faut pas effrayer les mathophobes.

Écrire que la dérivée, c'est la vitesse instantanée peut être effrayant sans une préparation psychologique aux notions de limite et de continuité. C'est dire qu'un instant, c'est deux temps... Mais qu'est-ce que le temps ?
abcmaths a dit…
Allons,allons!
Vous avez écrit :

"La dérivée, c'est la vitesse ce qui s'approche le plus de la vitesse instantanée."

Ce n'est pas une phrase pour mathophobe;
c'est une phrase pour bègue !
Missmath a dit…
J'avoue. J'édite.

Messages les plus consultés de ce blogue

Popboardz pour iPad

Une autre découverte de mon ami Jean-François. Popboardz est une simple application gratuite pour iPad.  Il s'agit en fait simplement d'un gestionnaire de contenu qui offre des fenêtres pouvant contenir des fichiers pdf, des documents, des vidéos, des images, des présentations, des sites Internet. Branché sur un projecteur, cette application permet de naviguer au cours d'une présentation selon les besoins de l'auditoire (ou les humeurs du présentateur). Cela reste bien magistral. Mais lorsque les étudiants s'emparent de cette application pour leur iPad, cela devient intéressant. Mikael a téléchargé l'application.  Il s'est présenté au cours avec dans une première fenêtre de l'application les notes de cours, dans l'autre la vidéo explicative des processus de résolution, dans l'autre la description de la tâche, dans l'autre une photo du tableau qu'il avait prise au cours précédent après avoir demandé des explications p

Arrimage difficile

"Avancez en arrière." Avec l'arrivée des réformés au Cégep, le MELS a décidé que c'était le tour du Cégep de se faire pousser dans sa "logique" du renouveau en moulant nos cours de mise à niveau non pas aux programmes vers lesquels ils mènent, mais en cohérence avec le programme du secondaire. Le Renouveau, en théorie On commence à apprivoiser les trois nouveaux profils mathématiques au secondaire : CST (Culture, société et technologie) : Axé sur la vie sociale, ce profil fera davantage appel à la statistique et aux mathématiques discrètes. On veut préparer les élèves à poursuivre dans le domaine des arts, de la communication ou des sciences humaines et sociales. TS (Technico-sciences) : Pour les « bidouilleux », les manuels, les ingénieux, ce profil met l’accent sur les études de cas, l’aptitude à repérer les erreurs, à établir des diagnostics, à dégager des processus mathématiques liés au fonctionnement ou à l’utilisation d’instruments liés à certa

Nombre curieux

Il y a quelques jours, nous recevions le Congrès de l'Association mathématique du Québec.  Lors de l'un des ateliers, Christian Côté présentait un nombre assez curieux pour qu'il plaise à mon collègue Pierre-Luc et qu'il me charme à son tour. Il se présente sous forme d'énigme. Est-il possible qu'un nombre irrationnel élevé à une puissance irrationnelle donne un nombre rationnel ? Nombre rationnel : Nombre pouvant s'écrire comme le rapport de deux entiers (une fraction quoi). Nombre irrationnel : Nombre qui n'est pas rationnel.  Dâh.  Les irrationnels les plus célèbres sont e, π, √2.