Passer au contenu principal

Évaluation bonbon

À toutes les semaines, je donne un petit quiz qui compte pour 1 % de la note finale.

Ma première étape compte pour 10 % seulement. Je veux que mes étudiants s'habituent à mon style, qu'ils voient qu'il faut faire les exercices. Une telle pondération leur donne une chance en quelque sorte.

J'ai ensuite 3 étapes de 15 %. C'est beaucoup, mais je donne des devoirs.

Et mon final, qui est une synthèse vaut 30 %, soit la note minimale prescrite par la politique d'évaluation des apprentissages de mon école.

Je me garde toujours au moins une semaine pour bien préparer les étudiants à ce final où je reprends les applications de chacune de mes étapes précédentes et j'offre des exercices de synthèse. C'est important, car l'examen final compte pour beaucoup.

Il est pour moi important de faire beaucoup d'évaluations pour forcer les étudiants à être à jour dans leurs travaux et si mes étapes sont courtes, les étudiants maîtrisent mieux la matière évaluée.

On dit que 30 % pour l'évaluation finale n'est pas suffisant. Certains parlent d'un minimum de 40 %. Je crains alors pour le taux de réussite dans mes cours. Si le poids de l'évaluation finale est trop élevé, les étudiants seront plus stressés, d'autant plus que l'examen final porte sur toute la matière de la session, c'est énorme.

Ce qui m'énerve le plus, c'est que les étudiants ne se préparent pas pour les quiz qui sont pourtant des points donnés et que peu d'étudiants remettent les devoirs. Parfois, je me dis qu'on devrait interdire aux étudiants qui n'ont pas fait leur devoir de faire le test. Ça les obligerait à travailler et ça augmenterait leur note.



Commentaires

cabachand a dit…
Que dire de plus! :)
Missmath a dit…
Comme tu le devines, mon cher C-A, c'est bien là la question que je me pose !
Anonyme a dit…
Le fait est que si les étudiants n'avaient qu'un seul cours, cela serait la méthode parfaite (de faire ce genre de mini-test).

Mais puisque les autres cours fonctionnent par examens d'environ 20% à chauqe étape, on sait où vont les priorités des étudiants. Entre un mini test de 1 % ou un examen de 20% dans la même semaine, ils vont se concentrer sur l'examen, au risque de perdre 1% dans l'autre cours...

Tout est imparfait !
Missmath a dit…
Je ne suis même pas convaincue qu'avec un seul cours, les mini-tests fonctionneraient.

Par contre, pour ce qui est de fonctionner par priorité, alors là, je suis d'accord avec vous.

Messages les plus consultés de ce blogue

Popboardz pour iPad

Une autre découverte de mon ami Jean-François. Popboardz est une simple application gratuite pour iPad.  Il s'agit en fait simplement d'un gestionnaire de contenu qui offre des fenêtres pouvant contenir des fichiers pdf, des documents, des vidéos, des images, des présentations, des sites Internet. Branché sur un projecteur, cette application permet de naviguer au cours d'une présentation selon les besoins de l'auditoire (ou les humeurs du présentateur). Cela reste bien magistral. Mais lorsque les étudiants s'emparent de cette application pour leur iPad, cela devient intéressant. Mikael a téléchargé l'application.  Il s'est présenté au cours avec dans une première fenêtre de l'application les notes de cours, dans l'autre la vidéo explicative des processus de résolution, dans l'autre la description de la tâche, dans l'autre une photo du tableau qu'il avait prise au cours précédent après avoir demandé des explications p

Arrimage difficile

"Avancez en arrière." Avec l'arrivée des réformés au Cégep, le MELS a décidé que c'était le tour du Cégep de se faire pousser dans sa "logique" du renouveau en moulant nos cours de mise à niveau non pas aux programmes vers lesquels ils mènent, mais en cohérence avec le programme du secondaire. Le Renouveau, en théorie On commence à apprivoiser les trois nouveaux profils mathématiques au secondaire : CST (Culture, société et technologie) : Axé sur la vie sociale, ce profil fera davantage appel à la statistique et aux mathématiques discrètes. On veut préparer les élèves à poursuivre dans le domaine des arts, de la communication ou des sciences humaines et sociales. TS (Technico-sciences) : Pour les « bidouilleux », les manuels, les ingénieux, ce profil met l’accent sur les études de cas, l’aptitude à repérer les erreurs, à établir des diagnostics, à dégager des processus mathématiques liés au fonctionnement ou à l’utilisation d’instruments liés à certa

Nombre curieux

Il y a quelques jours, nous recevions le Congrès de l'Association mathématique du Québec.  Lors de l'un des ateliers, Christian Côté présentait un nombre assez curieux pour qu'il plaise à mon collègue Pierre-Luc et qu'il me charme à son tour. Il se présente sous forme d'énigme. Est-il possible qu'un nombre irrationnel élevé à une puissance irrationnelle donne un nombre rationnel ? Nombre rationnel : Nombre pouvant s'écrire comme le rapport de deux entiers (une fraction quoi). Nombre irrationnel : Nombre qui n'est pas rationnel.  Dâh.  Les irrationnels les plus célèbres sont e, π, √2.