Passer au contenu principal

Cégep : Leçon de vie

Ce texte de mon collègue Guy Ferland a été publié dans La Presse.  Ceux qui côtoient nos jeunes le savent, mais ceux qui n'ont pas notre privilège mérite qu'on leur rappelle ce que font nos jeunes au Cégep en 2012.



Il est 7h45, un samedi matin de septembre. Des milliers de jeunes, de 17 à 21 ans, se pressent aux portes du cégep, un sac sur le dos ou des livres à la main. Ils sont beaux, pleins d'entrain et résignés à assister à des cours par une belle matinée de week-end.

Quel courage! La plupart d'entre eux n'ont pas pris part aux manifestations. Ils ont appuyé la grève ou non. Mais ils sont solidaires, sans réelle rancune, les uns envers les autres. Pas d'affrontements entre les verts et les rouges. Encore une fois, les jeunes nous donnent une leçon de vie et de démocratie.

Plusieurs commentateurs auraient aimé qu'il y ait de la bisbille, des escarmouches et peut-être même de la violence à la reprise des cours dans les cégeps et les universités. Il y a bien eu des heurts et l'antiémeute est encore une fois intervenue à quelques endroits. Mais la reprise des cours du trimestre d'hiver s'est généralement bien déroulée.

Les élèves de toutes les allégeances sont retournés en classe et ils travaillent plus fort afin de terminer leur trimestre compromis. En fait, ils travaillent davantage que tous les autres élèves qui les ont précédés depuis que les cégeps existent.

On ne le dira jamais assez, mais la charge de travail augmente constamment depuis les années 70, dans les cégeps et les universités. Les exigences se sont resserrées avec la réforme Robillard, et l'approche programme a augmenté les difficultés des cours et le nombre de contrôles.

Elle est loin l'époque où un élève de cégep pouvait ne rien faire pendant un trimestre et bâcler ses travaux à la dernière minute en espérant que la secrétaire qui dactylographiait ses textes les corrigerait et les améliorerait par la même occasion. Elle est loin l'époque où la moitié des cours étaient des aménagements de temps de réflexion ou de relaxation.

Aujourd'hui, les cours de la formation générale sont devenus des épreuves sanctionnées par des examens sévères et de plus en plus uniformes. Les épreuves synthèses de programme ajoutent un autre niveau d'évaluations en plus de tous les autres contrôles dans les cours.

Bref, les élèves d'aujourd'hui sont courageux et ils n'ont pas la belle vie qu'on avait aux études. Au-delà des clichés, leur avenir dans une société vieillissante, qui demandera de nouveaux sacrifices aux plus jeunes, n'est pas non plus tout à fait rose.

On comprend que les jeunes veulent prendre la parole pour qu'on cesse de leur refiler la facture de nos avantages et privilèges passés.

En les voyant rentrer au cégep un beau samedi matin de septembre, résignés et décidés à étudier et terminer leur trimestre, je me suis dit que les élèves nous donnaient encore une leçon de vie et de l'espoir en l'avenir.

Commentaires

Sonia a dit…
Enfin du positif :-))

Messages les plus consultés de ce blogue

Popboardz pour iPad

Une autre découverte de mon ami Jean-François. Popboardz est une simple application gratuite pour iPad.  Il s'agit en fait simplement d'un gestionnaire de contenu qui offre des fenêtres pouvant contenir des fichiers pdf, des documents, des vidéos, des images, des présentations, des sites Internet. Branché sur un projecteur, cette application permet de naviguer au cours d'une présentation selon les besoins de l'auditoire (ou les humeurs du présentateur). Cela reste bien magistral. Mais lorsque les étudiants s'emparent de cette application pour leur iPad, cela devient intéressant. Mikael a téléchargé l'application.  Il s'est présenté au cours avec dans une première fenêtre de l'application les notes de cours, dans l'autre la vidéo explicative des processus de résolution, dans l'autre la description de la tâche, dans l'autre une photo du tableau qu'il avait prise au cours précédent après avoir demandé des explications p

Arrimage difficile

"Avancez en arrière." Avec l'arrivée des réformés au Cégep, le MELS a décidé que c'était le tour du Cégep de se faire pousser dans sa "logique" du renouveau en moulant nos cours de mise à niveau non pas aux programmes vers lesquels ils mènent, mais en cohérence avec le programme du secondaire. Le Renouveau, en théorie On commence à apprivoiser les trois nouveaux profils mathématiques au secondaire : CST (Culture, société et technologie) : Axé sur la vie sociale, ce profil fera davantage appel à la statistique et aux mathématiques discrètes. On veut préparer les élèves à poursuivre dans le domaine des arts, de la communication ou des sciences humaines et sociales. TS (Technico-sciences) : Pour les « bidouilleux », les manuels, les ingénieux, ce profil met l’accent sur les études de cas, l’aptitude à repérer les erreurs, à établir des diagnostics, à dégager des processus mathématiques liés au fonctionnement ou à l’utilisation d’instruments liés à certa

Nombre curieux

Il y a quelques jours, nous recevions le Congrès de l'Association mathématique du Québec.  Lors de l'un des ateliers, Christian Côté présentait un nombre assez curieux pour qu'il plaise à mon collègue Pierre-Luc et qu'il me charme à son tour. Il se présente sous forme d'énigme. Est-il possible qu'un nombre irrationnel élevé à une puissance irrationnelle donne un nombre rationnel ? Nombre rationnel : Nombre pouvant s'écrire comme le rapport de deux entiers (une fraction quoi). Nombre irrationnel : Nombre qui n'est pas rationnel.  Dâh.  Les irrationnels les plus célèbres sont e, π, √2.