Passer au contenu principal

Recette



Pas question ici de vous conter fleurette !

La crème et le lait, au Québec, se distinguent par leur quantité de matière grasse.

1 % - 2 % - 3,25 % - 5% - 10 % - 15% - 18 % - 35 %

Tant de choix !

Mais pourquoi ?

Une question de goût ? Dans la plupart des cas, c'est étonnant.
Une question de santé ? Bonne réponse, mais est-ce vraiment nécessaire d'emplir votre frigo de toutes ces crèmes ?

Chez moi, il y a de la crème 35 % (la seule qui puisse être fouettée) et du lait.

Mais que faire si une recette demande de la crème 10 % ?

Bien sûr, si vous aimez cuisiner à l'italienne, la plupart du temps, vous pouvez mélanger le lait et la crème à l'oeil pour avoir la consistance désirée. Mais cela pourrait vous agacer si vous avez l'esprit scientifique ou si, comme moi, vous aimez essayer de nouvelles recettes et que vous n'avez aucune idée de la couleur ou de la consistance que vous devriez obtenir au moment où il faut ajouter cette crème.

Voici donc la recette pour ajuster votre mélange de lait et de crème pour respecter le volume et la quantité de matière grasse de la crème demandée.

Comme il s'agit d'une recette, je ne vous explique pas le pourquoi du quoi.
À moins que vous ne me le réclamiez !

Il suffit de faire un petit tableau. La première ligne pour les volumes, la deuxième pour les volumes de matière particulière (ici la matière grasse). La première colonne pour ce que vous voulez, la deuxième pour le premier élément du mélange (ici la crème), la troisième pour le deuxième élément à mélanger (ici le lait).



Supposons que je veuille 2 tasses de crème 10 % pour faire un potage. Je n'ai que du lait 2 % et de la crème 35 %. J'obtiens le tableau :



Le 20 vient bien de 2 tasses * 10 % = 20 (tasses %) !
Je travaille en tasse parce que je suis vieille, ça marche encore mieux en litre, car c'est plus précis. Mais bon, pour un potage...

Ensuite, c'est de la magie !

L'opération consiste à faire des loopings mathématiques dans les carrés du tableau !



On multiplie la diagonale en descendant, on soustrait le produit de la diagonale en remontant. Ne restez pas négatifs, voyez l'absolue !

Donc ici, on obtient pour la première boucle (rouge) : 2*35 - 20*1 = 50.
Pour la deuxième boucle (bleue) : 1*2 - 35*1 = -33. Au diable, on prend 33.

Donc la quantité du liquide que vous avez mis en dernière colonne (ici le lait) est de 50/33 tasse, donc 1,5 de tasse de lait à laquelle on ajoutera ce qui manque en crème pour obtenir 2 tasses.

Exercice pour les enfants :

Ton petit cousin de la campagne que tu n'aimes pas beaucoup vient te visiter. Il veut boire avec son gâteau au chocolat un grand verre de lait. Il dit qu'il n'y a de vrai que le lait à 3,25 % de matière grasse. Ta maman qui prend bien soin de sa santé en s'entraînant au moins 2 heures tous les soirs n'a que du lait 1 % et, exceptionnellement, de la crème 35 %. Quel mélange devrais-tu faire pour offrir à ton cousin 300 ml de lait 3,25 % ?

Essayez de le calculer !











300*1-975*1=-675, on s'entend pour 675.
35-1 = 34.
675/34 = 19,8 ml, disons 20 ml de crème (on a mis la crème en dernière colonne).
Et par conséquent, on complète le verre avec 280 ml de lait.





Exercice pour les grands :

Le meilleur remède contre le rhume, c'est le grog : un mélange de rhum, de jus de citron, de miel et d'eau chaude (une petite pincée de cannelle et de girofle).

Vous voulez préparer un grog de 200 ml. Vous y versez 40 ml de miel, 10 ml de jus de citron et il ne vous reste plus qu'à verser le rhum en attendant que l'eau soit chaude. Le rhum que vous avez indique 45 % d'alcool. Vous voulez que votre grog ait au plus 12 % d'alcool. Combien de rhum devez-vous verser ?

La réponse est au plus 53 ml de rhum (oui, il y a un petit piège).

Bof... Conseil de matante : si vous avez le rhume (et je ne vois pas pourquoi vous boirez cette chose si ce n'est pas le cas), mettez-y la dose de rhum, puis allez faire dodo !

Commentaires

Miss: tu sais que je me mets à la cuisine, mais je ne pensais pas que cela pouvait être aussi compliqué.
The Dude a dit…
Et moi qui ne cesse de dire à mes élèves que les math ne servent à rien !
Missmath a dit…
The Dude : Il y a des maths partout et ne lis pas ce que j'ajoute pour le Prof masqué, je risquerais de te donner raison !

PM : Mon cher prof masqué préféré, comme tu as un tout nouveau vélo et peut-être aussi de beaux patins et que tu habites Mourial, je vais te simplifier ça.

Pour les desserts, tu vas à la pâtisserie de Gascogne. Pour les potages, les sauces, bref tout ce qui n'exige pas la précision du pâtissier, quand on dit lait, c'est lait, quand on dit crème, vas-y à la 35 % jusqu'à ce que remords te prennent (ou que ça devienne trop épais). Là, ou bien tu finis avec du lait ou bien tu sors tes patins ou ton vélo. Rappelle-toi Mannenkenpix dans les 12 travaux d'Astérix : C'est bon parce que c'est gras ! Mais surtout, n'oublie pas que la cuisine est un art et qui dit art dit bonne part d'improvisation. Fais-toi confiance !
Anonyme a dit…
PM: tout ça avec un X de plus à ton chandail :)


Missmath: un peu de rétention dans vos suggestions pour les "embonpointneux(ses)".





cath
Missmath a dit…
Allons Cath, compter les côtes, c'est une opération comptable sans intérêt. En mathématique, on préfère largement les volumes et les courbes voluptueuses. L'important étant de garder la forme !

Messages les plus consultés de ce blogue

Popboardz pour iPad

Une autre découverte de mon ami Jean-François. Popboardz est une simple application gratuite pour iPad.  Il s'agit en fait simplement d'un gestionnaire de contenu qui offre des fenêtres pouvant contenir des fichiers pdf, des documents, des vidéos, des images, des présentations, des sites Internet. Branché sur un projecteur, cette application permet de naviguer au cours d'une présentation selon les besoins de l'auditoire (ou les humeurs du présentateur). Cela reste bien magistral. Mais lorsque les étudiants s'emparent de cette application pour leur iPad, cela devient intéressant. Mikael a téléchargé l'application.  Il s'est présenté au cours avec dans une première fenêtre de l'application les notes de cours, dans l'autre la vidéo explicative des processus de résolution, dans l'autre la description de la tâche, dans l'autre une photo du tableau qu'il avait prise au cours précédent après avoir demandé des explications p

Arrimage difficile

"Avancez en arrière." Avec l'arrivée des réformés au Cégep, le MELS a décidé que c'était le tour du Cégep de se faire pousser dans sa "logique" du renouveau en moulant nos cours de mise à niveau non pas aux programmes vers lesquels ils mènent, mais en cohérence avec le programme du secondaire. Le Renouveau, en théorie On commence à apprivoiser les trois nouveaux profils mathématiques au secondaire : CST (Culture, société et technologie) : Axé sur la vie sociale, ce profil fera davantage appel à la statistique et aux mathématiques discrètes. On veut préparer les élèves à poursuivre dans le domaine des arts, de la communication ou des sciences humaines et sociales. TS (Technico-sciences) : Pour les « bidouilleux », les manuels, les ingénieux, ce profil met l’accent sur les études de cas, l’aptitude à repérer les erreurs, à établir des diagnostics, à dégager des processus mathématiques liés au fonctionnement ou à l’utilisation d’instruments liés à certa

Nombre curieux

Il y a quelques jours, nous recevions le Congrès de l'Association mathématique du Québec.  Lors de l'un des ateliers, Christian Côté présentait un nombre assez curieux pour qu'il plaise à mon collègue Pierre-Luc et qu'il me charme à son tour. Il se présente sous forme d'énigme. Est-il possible qu'un nombre irrationnel élevé à une puissance irrationnelle donne un nombre rationnel ? Nombre rationnel : Nombre pouvant s'écrire comme le rapport de deux entiers (une fraction quoi). Nombre irrationnel : Nombre qui n'est pas rationnel.  Dâh.  Les irrationnels les plus célèbres sont e, π, √2.