Passer au contenu principal

Point de G

Exception faite des groupes d'étudiants que l'on a rencontrés auparavant, on se présente à la première rencontre de nos nouveaux groupes avec un gros point G.

G pour généralité.  Les grands postulats.  D'aucuns diraient «préjugés».
On fait le point sur ces étudiants à qui s'adresse le cours, sans les connaître, sur des généralités.

Au fur et à mesure que la dynamique du groupe s'installe, le P (situation particulière) vient donner de la couleur et modeler le G, en ajoutant des exceptions à la règle, en changeant la règle.

Nous planifions nos cours avant de rencontrer nos groupes.  Enfin, le verbe « planifier » prend un sens différent ici d'une personne à l'autre.  Certains de mes collègues ne se sentent prêts à rencontrer leurs groupes que lorsque le contenu et les supports de leurs cours sont prêts jusqu'à la mi-session.  D'autres commenceront la session en n'ayant en tête que la planification des grandes étapes du cours notées au plan de cours.  Il n'en demeure pas moins que pour tous la planification des premiers cours repose sur le point G.

Cette session, j'ai l'honneur de découvrir un programme que je fuis depuis des années (lire des siècles).  Il faut dire que mes collègues étaient nombreux à les espérer, alors il n'était nullement nécessaire de tirer à la courte paille avec eux pour savoir qui hériterait de leurs cours.  Mes postulats concernant ces étudiants ? Disciplinés, rigoureux, silencieux, individualistes, soumis, obéissants, drabes et sans imagination.  Bref, la classe rêvée... enfin pour ceux qui aiment dormir.

Or voilà que depuis quelques sessions, les commentaires des habitués de cette technique venaient mettre des doutes sur la validité de ces généralités.  Les doutes ont été ébranlés au point où cette session aucun enseignant ne voulait avoir ces étudiants.  Ils étaient donc pour moi !

« La classe est trop hétérogène.  Ils n'ont pas le même bagage mathématique, ce qui fait qu'on n’enseigne pour personne. »

Intéressant.

En mélangeant cela, il me semblait évident qu'en lançant le cours en brisant l'individualisme et en ébranlant les traditions, il serait par la suite plus facile par des activités pédagogiques collaboratives de pallier l'hétérogénéité des groupes.

J'entre donc dans chacun de mes groupes armée d'activités dignes de donner le goût à la fête à un camp de réfugiés... et il ne me faut pas beaucoup de temps pour réaliser que ces futurs entrepreneurs sont déjà en mode Club Med : indisciplinés, frivoles, bavards, insoumis, contestataires.  Où est passé mon G ?

Bien sûr, le groupe que je rencontrais à 8 h était beaucoup plus calme que celui que je rencontrais à 14 h.  L'horaire influence toujours le climat de classe et il ne faut pas espérer avoir les mêmes réactions à un même cours s’il est donné trop tôt le matin et tard en fin de journée.

C'est alors que je me suis dit qu'avoir une semaine entre le premier et le deuxième cours pourrait être une bonne idée pour s'ajuster le G et préparer en fonction des particularités de nos groupes... et de leurs horaires.  Bien sûr, cette suggestion est irréaliste (horaires, convention collective, disponibilité des étudiants, aucune pertinence pour les étudiants).  Mais bon, selon le G, un bon prof sait se retourner sur « un 10 cents » !









Commentaires

The Dude a dit…
Lu dans un article :

Like jazz musicians, great teachers blend sounds from different traditions, hear and echo students' rhythms, and improvise on a dime.

[...]

Teaching well, we believe, is like creating jazz. Jazz blends musical sounds from one tradition with techniques and theories from another. It uses blue notes for expressive purposes and syncopation and swing to surprise. It incorporates polyrhythm. It uses call-and-response, in which one person comments on the expression of another. And it invites improvisation—a state that indicates a personal awareness of the moment and an understanding that allows for a range of expressions to fit the situation.


Carol Ann Tomlinson and Amy Germundson, "Teaching as Jazz"
Anonyme a dit…
Ce serait idéal, mais irréaliste, bien que dans la triste réalité, je me retrouve très souvent à improviser (d'où que m'intéresse assez le "Teaching as Jazz" évoqué plus haut)un cours différent pour chacun de mes groupes, toujours sur le même canevas de base évidemment, mais en m'adaptant à l'horaire, à l'état d'esprit, à l'ambiance générale, au niveau, souvent très variable d'un groupe à l'autre.
C'est la rédaction des examens qui pose problème dans ces cas-là : ai-je vu cela avec le groupe a, ou est-ce avec le groupe b ? Il me faut donc, dans ces cas-là, noter après chaque séance ce que j'ai vu, pas vu, tout juste survolé, approfondi, etc. Ou alors, une fois que les groupes sont bien connus, faire trois préparations différentes, ce qui est un peu dingue tout de même.
Tu sais, je vis un peu la même dynamique avec mes petites de première secondaire. Un canevas de base, beaucoup d'improvisation et la peur d,avoir oublié quelque chose. Des groupes exigeants, mais tellement «challengeants»...
Anonyme a dit…
Salut MissMath.....de la part d'un de vos anciens élèves ;)

Messages les plus consultés de ce blogue

Popboardz pour iPad

Une autre découverte de mon ami Jean-François. Popboardz est une simple application gratuite pour iPad.  Il s'agit en fait simplement d'un gestionnaire de contenu qui offre des fenêtres pouvant contenir des fichiers pdf, des documents, des vidéos, des images, des présentations, des sites Internet. Branché sur un projecteur, cette application permet de naviguer au cours d'une présentation selon les besoins de l'auditoire (ou les humeurs du présentateur). Cela reste bien magistral. Mais lorsque les étudiants s'emparent de cette application pour leur iPad, cela devient intéressant. Mikael a téléchargé l'application.  Il s'est présenté au cours avec dans une première fenêtre de l'application les notes de cours, dans l'autre la vidéo explicative des processus de résolution, dans l'autre la description de la tâche, dans l'autre une photo du tableau qu'il avait prise au cours précédent après avoir demandé des explications p

Nombre curieux

Il y a quelques jours, nous recevions le Congrès de l'Association mathématique du Québec.  Lors de l'un des ateliers, Christian Côté présentait un nombre assez curieux pour qu'il plaise à mon collègue Pierre-Luc et qu'il me charme à son tour. Il se présente sous forme d'énigme. Est-il possible qu'un nombre irrationnel élevé à une puissance irrationnelle donne un nombre rationnel ? Nombre rationnel : Nombre pouvant s'écrire comme le rapport de deux entiers (une fraction quoi). Nombre irrationnel : Nombre qui n'est pas rationnel.  Dâh.  Les irrationnels les plus célèbres sont e, π, √2.

Mathématiques inutiles

À quoi servent les mathématiques que nous apprenons à l’école ? La question est tout simplement brutale. Au tout début de ma carrière, il y a quelques centaines d’année, j’ai lu un livre fort intéressant dont je n’ai hélas gardé aucune référence. Dans mon souvenir, il avait été écrit par Stella Baruk et la couverture était bleue !!! On y décrivait le mathématicien comme un schizophrène et on suggérait aux élèves de décontenancer leurs professeurs de mathématique en leur demandant à quoi cette discipline servait dans la vraie vie. Or, le mathématicien vit dans sa réalité toute mathématique. Il voit des mathématiques partout. Tout est mathématique, même Dieu ! C'est Galilée qui disait que le livre de la nature est écrit par un mathématicien. Mais, dans les faits, concrètement, à quoi ça sert ? Bien sûr, rares sont les recherches en sciences qui ne s’appuient pas sur des modélisations mathématiques. La mathématique devient l’outil par excellence pour la description,